Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2009 6 31 /01 /janvier /2009 17:48


Les racontaches à Arsène

 

            Escusez-me d’ vous déringer qu’os étêtes pétête in route à raviser à vou poste èd’ télévisièonwe : « Des chiffes et des lettes » ou bién core « Questièonwes pour in champièonwe ». Ch’est les émissièonwes-régal èd’ ches viux artraitèïes…Ah, chelle télé ! Quo qu’alle peut nous inchorch’ler quand min.me !

            Mais dù qu’is sont nous bon.nes vièles séries du temps passèïe ?

            Mon Diu ! I s’ passouait pont gramon.ye d’ soirèës sans qu’on vache à mon d’in vouésin.ye ou bién d’in.ne vouésin.ne, ou core à mon d’in paréint, pour faire in.ne partie d’ cartes, èd’ manile, d’ carabin ou bién d’ mariache. Et on s’invitouait et on s’ réinvitouait.

            Cha s’ passouait qu’in hiver, dins ches courts jours, après qu’èch’ traval i étouait fait (ch’est à dire, moude ches vaques et donner à minger à ches bêtes) et après aouoir soupèïe ; in étèïe, cha n’étouait mie possipe pache qu’on travaillouait fort tard au vêpe.

            El’ Belle, tout in hièowe dins c’ ciel, alle éclairouait tout ch’ villache ; i y aouait tout plon.ye d’étoiles tout autour. Ch’étouait pratique, on n’aouait pont b’zon d’ pile vonder (édù qu’on devouait toudis bourrer in.ne feule ploïée in morcièowes pour qu’èch’ contact i s’ fache comme i fauwe). Emile i l’ prénouait toudis dins s’ poche èd’ paltôwe, pache que, comme alle dijouait s’ fan.me Elise : « Prind’le toudis, on n’ sait jamais ! ».

            Arrivèïes à mon Jules et Maria, on s’installouait autour èd’ chelle tape qu’alle vénouait tout jusse d’aouoir in cop d’ langer pour èl’ rapproprier et pont salir ch’ tapis d’ cartes qui queuminchouait à s’usoïe et qu’on aouait des russes à lire èd’sus : « Du bon, du bon, Dubonnet ».

            Ches fan.mes is ténouatent inson.ne et ches hon.mes inson.ne ; Elise, elle, alle aouait l’ responsabilitèïe d’écrire ches pouon.yes sus in pitit carnet aveuc in crayon d’ bos taillé au coutièowe. Comme is dijouatent é-toudis : « Allez Elise, marque ches pouon.yes, ch’est ti qu’i compte èl’ miux ! »

            Emile, i o copèïe et ch’est Maria qu’alle o distribuèïe…

            Ech’ fu, i aouait sin pot tout rouche et i faijouait min.me trop côwe dins l’ mason. On intindouait l’ véint rouffloïe dins chelle cour. Ches parties d’ cartes, ch’étouait d’in sérièwe pont possipe ; pont l’ drouèïe d’ tricher (in faijant des mimiques ou bién in clognèonwe). Et on aouait drouèïe à ches fameusses phrases quand qu’on annouchouait in.ne couleur :

            - « Pique ! Pique ? Pique ma fille et tu seras mon gendre ! »

            - « Cœur ! Cœur ? Ch’ti-lèowe qui n’n’o pont, i n’in meurt ! »

            - « Carreau ! Carreau ? Mets t’ main à tin tro ! »

et cha faijouait rire tout l’ mon.ne et cha n’étouait pont méquant in.ne buque !

            Ches parties is ont durèïe in bon momon.ye, après des « Bin, bin, bin, bin,… », des « J’ té l’aouais dit qu’is ont toute ! », des « Is n’ont jamais rién et pis is gan.n’tent é-toudis ! »

            - « Oron.ye, os aurêtes pu gagner si qu’ Maria a n’aouait pont juèïe sin Rouèïe à l’ plache èd’ sin Huit, da ! »

            Emile, i o débouché in.ne boutèle èd’ pinard, du Bordeaux bién intindu ! Elise, a o deschindu dins s’ cafe quère in.ne tarte à libouli qu’alle aouait fait dins l’après-midi ; in pécavi qui li aouait prin.ye…pache que d’habitute, alle sorte putôwe ès’ boîte èd’ gaufes.

            Après, cho étèïe du café (du Collet gan.ne), aveuc chelle goutte (d’èl’ trente-chinque pache que d’èl’ quarante cha coûtouait pus quère) et du g’nièfe Guilbert, et pour ches fan.mes du cassis qu’Elise alle faijouait elle-min.me aveuc ses grugelles noires. Et in buvant et mingeant, on donnouait des nouvelles d’ès’ famile et pis d’ ches géins, on racontouait des histoires du temps passèïe…comme quand, qu’aveuc sin père et pis s’n’ onque, Emile is aouatent é-fait alloïe èch’ jon.ne Adrién, à l’bistarde (*).

            Bon, au jour d’aujourd’hui, on n’ vouait quand min.me pont bién, Emile et Elise arriver à mon Jules et Maria pour s’assir à l’ tape et raviser « Des chiffes et des lettes »…et pis après, Jules et Maria s’in alloïe à mon Emile et Elise pour raviser « Questièonwes pour in champièonwe »…

            Allez, sans rancune ! Ch’est la vie qui tourne !

 

----------------

(*) alloïe à l’ bistarde : Cette farce consistait à faire aller un jeune au soir dans les champs, muni d’un sac de jute. On lui faisait croire qu’il n’avait qu’à se placer à tel endroit en tenant le sac ouvert et que les personnes auteur de la farce allaient diriger vers lui des perdrix. Il devait cependant faire attention à lui s’il entendait des sabots de chevaux car il s’agirait certainement des gendarmes. Les farceurs amenaient leurs propres chevaux et les faisaient galoper. Le jeune, pris de panique, se sauvait chez lui en courant…

 

                                                                       Roland Dussaussoy (1. Ches séries)


------------
Du vocabulaire :
- raviser : regarder.

- inchorch'ler : ensorceler.

- séries : soirées.

- gramon.ye : beaucoup.

- on vache : on aille.

- moude : traire.

- mie : pas.

- au vêpe : au soir.

- Belle : Lune.

- langer : lavette.

- inson.ne : ensemble.

- côwe : chaud.

- clognèonwe : clin d'oeil.

- in.ne buque : du tout.

- oron.ye : tout à l'heure.

- in pécavi : une idée.

- grugelles : groseilles.    

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Harchelles
  • : Blog consacré au patois (picard) de la région Nord Pas de Calais, et à l'association Les Harchelles
  • Contact

Recherche

Liens