Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 09:26

 
In arnu au vêpe :

El' temps i o dév'nu noir tout d'in côwe au-d'ssus d'èl' mason à Grand-Mère Félicie. I faut dire qu'i aouait fait in.ne coène pont possipe tout l' journèïe. Au louon.ye, on intindouait déjèowe des cops d' tonnoire. Ch'est sûr qu'on allouait aouoir èd' l'arnu aveuc èl' vêpe. Arthur i o sautèïe sus sin vélo et i o prind èl' reulette à mouviards...

Suite par Marie-Rose Dusautoir :

... Arthur i étot in nage et i avot toudis ieuwe peur d'èl' tonnoire mais n' voulot pont l' faire vir. Alors, i faijot mine èd' rin et i allot s'increunquer dins l'arcuin de l' quéminée à mason d'ès' cousine Eulalie, in dijsant qu' ch'étot poour li ténir companie.
Parche qu'elle, aveuc ès'n'ieuwe bénite qu'alle jechtot d'sus ches murs, alle tran.not com.me in.ne feule, core pus apeurée qu' li. Ches éclairs is arluijotent dins tout l' cujin.ne et cha buquot fort in hieuwe ; aveuc cha, ches arayes ont queuminché à querre, d' pus in plus.
L' pauv' Arthur n'étot pont près d'arpartir, l' brun i queuminchot ; Eulalie alle a sorti sin quinquet sans osouoir l'alleumer, d' peure du fu ; l' porte d'èch' ratire-tout a s'a mis à uigner ; l' vint i étot montaye...
- "Cha va s' calmer pétète asteur ? J' vas argagner par èl' voïette ! T'as pont eun viux sa, je l' mettraie d'sus m' tête pour pont attraper in.ne chifarnaye ?"

Suite par Bernard Caffray :

... in faijant attention pour pont rouler sus in des gros caillaieuw qui étottent rétramaïe par chi par là ed'sus l' reulette èd' terre qui allot jusqu'à ches dornes.
I s'in allotarqueur ès' jumiint, Charmante, qu'alle étot attaquaïe au piquet au bout d'in.ne longue chaîne èd'dins in.ne pièche èd' minette fleurie gan.ne.
Ch'étot in.ne brafe bête mais seulemint, alle avot peur èd' l'orache et allot passer sin temps à tourner et ratourner autour èd' sin piquet. Vous dit pont quand alle a vu arriver Arthur in vitesse avec èl' pan d' quémiche qui volot èd'sus d' min dos, alle a ricannaïe in tournant s' quèwe èd' contintemint. Ch'est tout jusse si Arthur i arrivot à li mette sin licol et attaquer sin cordieau et pis a r'sauter èd'sus sin vélo. Ej' vous prie d' croire qu'i n'a pont mis longtemps pour armonter ches dornes au trot, quique fos in étant obligé d' fréner tellemint qu'alle saquot vie.
Alle queuminchot à sintir ches grosses gouttes èd' pleufe èd'sus sin dos et li aussi sans paletot.
Non seulemint alle sinto in futur picotin et continte d'arvir sin poulain qui pâturot dins chelle pâture à troulles drière ech' berck.
Quand qu'is sont rintrèïes dins l' cour èd' ferme, alle a ricannaïe in bon coup pour appéler sin poulain. Arthur, ch'est tout juste in sautant in bas d' sin vélo qu'i a pu décrocher sin cordiau tellemint qu'alle saquot d' sus.
In les intindant arriver au trot dins l' cour, Filomène, es- fin.me, alle a sorti d'èl' mason avec in viuw paletot èd'sus s' tête pour courir à l' pâture à troulles, ouvrir chelle barrière in faijant attention qu'èch' poulain i sorte pont, pressaïe d'arvir s' mère pour li essayer d'archucher quiques coups èl' tototte.
Filomène alle a ablouqué chelle chaîne d'èl' barrière avant d'arfiler à mason tout in courant dins ches flaques parche qu'Arthur i n'avot pont traînaïe. Cha fait qu'i étot trimpaïe jusqu'à l' piau et qu'i a du s'arcanger après s'avoir eschuaïe avec in.ne serviette.
Es' fan.me alle l'o core ingueulaïe d'ête parti comme in oujèowe d'étèïe. I a cru qu'i aurot eu l' temps d'aller jusqu'à ches dornes, croyant pont qu'èch' l'orage aurot pont arrivèïe si vite.
D'èch' faite-la, i a attrapaïe in bon rhume.

Suite par Roland Dussaussoy :

... Rién qu'èd' monter sus sin véléowe, Arthur i aouait attrapèïe in.ne suèïe. El' ièowe alle pichouait tout du lèonwe d' ses caveuwes jusqu'in bos d' sin mintèonwe, et cha gouttouait èd'sus d' ses genouwes d' patalon in pédalant. Et si qui n'y aouait qu' chèowe ! Ch'est qu'ès' quémiche alle li collouait à s' pièowe comme St Roch et sin tchién.
- "Que coène ! Que coène ! Cha vaut craquer, da !" qu'i s' dijouait Arthur, min.me in faijant roue-lipe in deschindant chelle côte èd'vant l' mason à Grand-Mère Félicie.
Mais quand qu'i s'o arrêtèïe èd'vant chelle mason, èch'l'innochéint-lèowe i s'o aperchu qu'èl' temps i étouait noir core pus lou.onye... Faut y ête barzoule pour croire èqu' ches nuaches is sont tout près d' nous autes... Bin non non, is sont pus lou.onye ! Advin.ne in pèwe !
Pont conton.ye d'aouoir treuvèïe s'n'affaire, nou Arthur i s'o rin allèïe à s' mason et ch'est lèowe qu'i o archu in.ne arèïe pont possipe et qu'i o rintrèïe à s' mason, fraique à cliquer à z'oches.
Moralitèïe :
Tout arnu annonchéïe i finit par arrivéïe,
Cha n'est pont ls pon.nes d'aller l' cacher.

----------------------

- côwe : coup.
- coène : chaleur.
- tonnoire : tonnerre.
- arnu : orage.
- reulette : ruelle.
- mouviards : merles.

- s'increunquer : monter sur.
- ieuwe : eau.
- arayes : averses.
- brun : période entre le jour et la nuit.
- osouoir : oser.
- ratire-tout :
- uigner : grincer.
- voyette : petit chemin pour piétons.
- chifarnaye : gros rhume.

- rétramaïe : éparpillé.
- dornes : terre incultes avec buissons d'épines.
- arqueur : rechercher.
- saquot : tirait.
- pleufe : pluie.
- picotin : petit sac d'avoine.
- troulles : truies.
- drière : derrière.
- berck (flamand) : hangar agricole.
- s'arcanger : se changer.
- eschuaïe : essuyer.

- suèïe : sueur. 
- barzoule : idiot.
- Advin.ne in pèwe : Pense donc !
- arèïe : averse.
- cliquer à z'oches : cliquer des os.
- l' cacher : le chercher.





Repost 0
Published by Harchelles - dans Travail d'équipe
commenter cet article
9 avril 2009 4 09 /04 /avril /2009 17:55
L' guerre trente-neuf/quarante-chinque :

Os vous présentons ichi in traval d'équipe sus l' guerre 39/45 :

                        par Georges GOBLET

1938-1939 : On quéminche vraimint à parlou-ye d'in.ne nouvelle guerre. Et l' premi-i septempe 39, ech' garte Gustafe i viint avec sin velouwe pour collou.ye in.ne affiche ed' mobilisation générale. On n'n'arvénout pont. A pis el' lind'mon.ye, ches hon.mes is partent déjo. Gramint, ch'est pour el chint-dix (ll0e R.I.) à Dunkerque.

Octope-novempe 39 : Des soldats français du midi is arriftent dins nou villache. Is tomp'tent biin. Ech' l'hiver 39/40 i est long, i est froud. El' neiche, alle resse pus d'un mous. Tout ch' qui faut pour lu donnou.ye el' moral.

Et du moral, in'n'a pont gramint. On crout qu'el guerre, alle vo pont s' faire. On espère el' démobilisation, qui n' viint pont.

Api, el' mous d' mai 40, i arrife ches Anglais ; is ont rimplaché ches Français.

Ches Boches, is arriftent. On crout toudis qu' cha va ête comme in 14 et qu'on vaincra pace qu'on est ches pus forts.

23 mai 40 : Ches ponts sus ch' canal is sautent. On s' saufe à deux kilomètes ed' nou mason, avec nous bagaches, avec trous paires ed' bottines pour chaque. Manque ed' chance, à quatre heures, min frère i veut archiner : on a oubli.i ech' sac avec ech' mingi. On arparte à nou mason, et on s' fait printe par ches Allemands (Tout d'in coup, ch' étout devenu des "Allemands"). On s' met à braire.

I n'n'a in qui dit: "N' brayez pont madame, on va pont vous faire ed' mau ! "
I n'n'a in aute qui dit: "Is braitent pace qu 'is sont avec ches Boches!"

On arnife in coup. De l' tenue, quoi.ye !

Bin, après, on a du faire aveuc. On a d'abord vu des avions allemands, a pis des Inglais, a pis, in plus, des Américains. Is ont bombardé.ye, presque toudis à coté.ye. Mais i avout tellemint d' bompes qu'il n'n'avout quiquefous une qui quéyout d' sus.

On a mingi gramint d' patates al' plure. Quiquefous avec in sauret, ou biin avec du burrre ed' ravitallemint, qui avout autant d' sel que d' burre. Pont mingeape !

Pus d' quatre ans qu' cha a duré.ye. Cha a toudis resté.ye des Boches; on les aimout pont ; eusses, non pus.

On est arrivé.ye in septempe 44 et cha a été.ye el' libération par ches Polonais.

I y a eu des résistants tué.yes, des jon.nes ed' vingt/trente ans. Et pis in civil tué.ye, et in bléchi grafe. Ches Boches is ont fait comme nous autes en quarante ; ch' est pont biauwe in.ne armée qui perd.

Après, on a cru qu'on allout avouère ed' toute in étant libéré.ye, mais cha n'a pont été.ye miux. Cha a core duré.ye plusieurs anné.yes. Ches prisonni.is is sont arvénus in quarante-chinque, après la paix.

Et l' vie alle a arprint. Mais ch' est pont chelle guerre-lo qui nous a rindus bénaches.


par Jean DEREUDRE

Rindez vous compte ! In souéssante diche ans, i  y a ieuwe tros guerres intre ches allemands et nous autes !

D'abord, ch'est Napoléon Troué qui a déclareye la guerre à la Prusse, sans es douteu des conséquinces. Déclarer la guerre pour esse laichie invahir, avouez eq ch'est peuw ordinaire, cha ramène des misères comme el chiège ed Paris quand eq ses habitants ont du es nourrir aveuque ches rats après avouire mingie ches cats, pour abandonneu l'Alsache-Lorraine à nous ennemis et lu varser eine grosse contribution. Etonnez vous pont, après cha, eq Napoléon a étaye obligie ed faire ses valises.

Ch'est in aute impereur, Guillaume d'Allemagne, qui nous a déclaraye la guerre in mil neuf chint quatorze, sous prétexe qu'un ed ses cousan.ye avot étaye assassinaye. Ses troupes esse sont impresseyes ed nou invahir, in passant par la Belgique pour allou pus vite tout in espérant arriver à Paris dins les quinze jours. Et nous soldats, ed'pis qu'in pinsot ed prinde es'n' arvinche delle défaite d'avant, et aussi récupérer l'Alsache-Lorraine, sont partis fleur au fusil direction Berlin. Les pôvres, y sont pont allaye louin aveuque lus patalons rouches et des généraux in artard d'enne guerre !

Comme ches jones Inglais, s'ingageant in masse, n'ayant jamais ténu in fusil, profitant ed l' occase et de l' belle saison pour vénir faire ein tour sur ech continent, sûrs d' éte rintraye à mason pour Christmas. Pour gramin d' intr' euw, cha étaye eine balade sans artour, restaye à jamais dins ches chimetières si bin interténus et si nombreux dins nos cuins. Et la guerre, on saye quand cha comminche, on crot eq cha va pont durer et là, cha s'est pronlogie pindant plus ed quatre ans et pour avouir loupaye la paix, cha arcomminchie vingt ans après ; on avot tout juste fini d'arléver nous ruines.

Eine espèce d' exaltaye prénomaye Adolph étot arrivaye in s'imposant pour dirigie l'Allemangne, voulant s' arvingie de l' défaite d'avant et arclamant ed l' espache vital pour sin peupe ! Y a comminchie in mil neuf chint trente huit à prinde l'Autriche et la Tchécoslovaquie. Cha, on l' avot laichie faire in li donnant presque raison mais pourquou.o s'arrêter in si bon quemint ? L'annaye d'après i a attaquie la Pologne. Là, in a régi et aveuque ches Inglais, in a déclaré la guerre. Ch'étot pour vénir au s'cours des Polonais mais lu affaire a étaye réglaye in quiques séman.nes, d'autant eq ches Russes sont arrivaye pour avouir lu part. 0s avons pont bougeai eine patte pindant ch' temps-là et sommes restaye bin tranquille derrire el ligne Maginot qui n' étot même pont finie. I parait qu'in alloue les avouir par el blocus et nos gouvernants à forche ed nou répéter "Nous vaincrons parce que nous sommes les plus forts" nous donnètent el moral. Ch'est chéu qu'on a appelaye après "la drôle de guerre". Ch'étot vraimint bizarre ed vir tout ches régimints ed soldats désoeuvrayes, et y in avot des soldats dins nou cuin. Nous autes, étions gamins, os étions souvint à minger aveuque eusse à ches cuisines roulantes. Je m' souviens aussi qu'on nous a fait ramasser deI ferrale pour soé disant "forger l'acier victorieux" ; j' vous laich'rai edviner ché qui in est résultaïe !

Ches allemands n'étotent pont restaye à rin pindant tout ch' temps là. Is ont profitaye qu'in les laichot tranquilles pour invahir el Danemark et pis el Norvège. El drôle ed guerre, cha duraye huit mouos jusqu'au grand coup ed tonnerre du diche mai quarante. Os étèmes à l'école, y avot quicosse ed cangie par rapport à l'habitutde. Des passages d'avions, des coups ed canon, ein armue-ménage pont ordinaire. Et on a apprin que les allemands étotent rintrés in Belgique, in Hollande et au Luxembourg, faijant un biew pied ed nez à la ligne Maginot qui nous avout coutaye si cher ! Tous ches troupes qui avotent passaye l'hiver dins nous pays sont partis in vitesse à l' rincontre ed l'enn-mi ; on n' les a pus arvus.

Par contre, ché qu'in a vu arriver, ch' est eine cohorte interminabe ed réfugies belges. Les premiers in auto, aveuque des matlas au dessus, les autes après à vélo aveuque des baluchons, des carettes à qwau et pis des gins à pi.ie aveuque des brouettes ou des voétures d'éfants. Is allotent tout drew d'vant euw, sans but si cha n'est que prinde el plus grande distance su lus poursuivants. Pour mette plus ed pagaille, ches avions allemands bombardotent et mitraillotent ches malhéreuw, comme à l'Hautmont à Moulle (1), au café Rabot, les grands parints ed Marie-Rose (2) ; is pouvottent faire lu sale boulot in toute impunitaye, ches avions français avotent étaye détruits au sol ou bien abattus.

A l' ferme ed mes parints, i y avot des dizan.nes ed refugi.e qui logotent dins ches hangars et ches granges. ln étot pu maite à nou mason. On veyot des soldats belges sans armes, des soldats français qui avottent pardu lus unitayes, tout cha eine quinzan.ne ed jours après el début de ch' l'offensife. In matan.ye, on veyot delle feumaye monteu vers Bleue Maison (3) et Watten (4) ; des allemands étotent sus l'Aa (5) et comme y avot delle résistance, is mettotent el fu à ches masons ; ed cha, Odette (6) étot aux premires loges.

El' lindmain matin ed fort bonne heure, el rével a étaye brutal. Des soldats allemands plein nou cour qui installotent des pièces d'artil-rie. D'autes nous faisottent tirer des sionnées d'iau à ch' puche pour es laveu. In officier s'est mis à tirer su ches glennes au révolver. Ch'étot des solides gaillards, pour preuve ch'étot la division SS Adolph Hitler, èl fine fleur ed l'armée. Ches réfugies sont disparus et l'artil-rie a comminché es n'ouvrache. Pédant troe jours, y ont tiré plusieurs salves. On s'attendot toudis à la riposte ; dins l' nuit, on étot prêt à foute le camp in cas d' coup dur, on avot qu'a attleu el bidet dins chelle carette mais les choses in sont restayes ed là et in lundi matan.ye les artilleurs ont levé el camp in direction ed Dunkerque. Su lus positions, y avot ein tas ed boutelles vides et toutes choses qu'is avottent volaye din les masons de ch' villache, car on l'a su après, gramin ed parsonnes étotent évacuées. Ch'étot pon étonnant qu'on intindot ches vaques beuler pache qui n'étotent pont moue.

El' lindmain, in couvouo ed prisonniers français a passaye el nuit dins ch' l'église.

Parmi iew, y avot ein habitant du vu villache. Y a demandaie l'autorisation d'alleu à s' mason, cha li a évitaye d'alleu in Allemagne. D' autes n' avotent pont eu la même chance, comme ches onze soldats français massacrés à l' Briqueterie de Houlle (7).

El long ed ches routes, des autos abandonnayes, faute d'essence et d'autes laichies là par ches Inglais. Les dernies jours ed maye, ch' étot el batalle ed Dunkerque. I y avo eine traînée ed feumée occasionnaye par ches incendies et ech brouillard arrtifichiel émis par ches batieuw inglais.

Juin a étaye calme pour nous autes ; la guerre continuot et ches Italiens nous ont déclaré la guerre juste avant qu'on démande l'armistice ! Is risquètent pont grand cose, ch'est ce qu'on a appellé ein coup ed poignard dins l' dos.

Début juillet, ches allemands ont améneye des rinforts pour préparer l'invasion ed l'Angleterre. D'après ieuw, cha n'étot qu'eine simpe formalitaye :  le canal, comme is dijotent, enne faijant qu'eine paire ed kilomètres ed barque. Mais avant toute, y fallot bombarder l'Angleterre ; et là, in n'a vu des avions partir des invirons. Mais pus cha allot, moins qu'i n'n'arvénot, surtout in septembre et là, on a bin comprin qu'l'invasion ed l'Angleterre n'étot pus d'actualitèïe.

Et la vie a continué, cahin-caha, aveuque des réquisitions, ches qwaus par eximpe, et des restrictions. Ches avions inglais vénotent bombardeu par nuit. Y avot ed timps in temps des combats aériens. L'intérêt s'est portaye à partir ed juin quarante et un in Russie où l'armée allemande dévorout des kilomètes in direction ed Moscou. L'imbêtant ch'est que l' conquête n'étot pont finie avant l'hiver et cha étaye un gros "couac" pou ches assaillants. ln plusse is devottent es batte in Afrique. La dessus, ches Américains sont intrés in guerre et in a comminché à vir passeu ches forteresses volantes.

Dins l'armée d' occupation, les biew garchons ed quarante étotent rimplachés par des bancales, des tordus, des boéteux, des vius et des gaman.ies.

Et pus tard, in a vu eine armée allemande méconaissable arculer après el batalle ed Normandie, à pieds, à qwau, à vélo ... Et chelle fouos icihi, la guerre alle s' poursuivot sus lu territoire ... Ch'étot bin lu tour !

(1) Hautmont, lieudit du village de Moulle (Pas-de-Calais).
(2) Marie-Rose DU SAUTOIR, membre des Harchelles.

(3) Bleue Maison, lieudit du village d'Eperlecques (Pas-de-Calais).
(4) Watten, commune du Nord.

(5) Aa : fleuve traversant la région de St-Omer/Watten.
(6) Odette DEREUDRE, membre des Harchelles.

(7) Houlle, village du Pas-de-Calais; un monument rappelle ce massacre ..

                      par Jacques T AFFIN

L' 3 septembre 1939, ène grande affiche collée d'sus l' porte delle mairie :
"Déclaration de guerre à l'Allemagne".

Ches hommes valides âgés de 21 à 48 ans, fascicules I, II, III, is doitent arjoindre immédiatemint leur corps d'affectation à la gare inscrite sus l' dos, après embrassades et pleurs d' femmes et éfants. "N' brayez pont comme cha, dins in mos os arvénons ! Ches boches is vont être vite torqués !" Ouais, i fallot attinde chinque ans pour arvénir. ..

Quinze jours après ch'étot l'arrivée d'eune compagnie du 18e dragons à bidets, cantonnements dins ches gringes, des projecteurs inglais et batterie de D.C.A. Après cha été le 95ème d'Infanterie rimplaché par le 9ème Escadron du Train.

L' 10 mai 1940, ches boches attaquent in Belgique ; l' 23, ches boches étotent dins nous villache : des S.S. habillés in noir aveuque pus d' deux chint tanks énormes. A veuque mes parints et des voisins, on s' étot mis à l'abri dins l' cave. Des réfugiés belges étotent coincés dins ch' bal. Après, cha été ches restrictions: tickets d' ravitallement d' pain. Tout l' monde i élevot des glaines, des lapins, in pourcho ; pis ch' marché noir : ché mariniers, lu batiau rimpli d' tissus, de bottines, du sel ; on faijot du troc. Pus d' gas-oil pour ch' tracteur (min père faijot tourner l' batteuse aveuque eine locomobile) ; pus d' fils de fer, in artindot ché viux ; pus d' toubac : deux paquets d' gris de 40 grammes ou quate paquets de gauloises. J'allos au collège à Aire (1) avec des tuyaux d'arrosage comme inv'loppes.

           Min père plantot du toubac d' pays, eme mère faijot griller de l'orge et des pous bleus in guise d' café. ln allot à ch' moulin d' Wittes (2) par nuit pour équanjer du blaïe pour d'elle farine blanque. On n'a pont été malheureux au villache, y avot pire que nous autes.

A dix heures du soir, fallot être rintrés à s' mason : couvre feu! Gare à ch'ti qui n'avot pont bien camouflé ses farnettes. Pis cha été ches inglais qui bombardètent ches rampes de V.1, pis ch' bombardemint du village : ène bombe in plein d' chus ch'l'église ; des avions, aussi bin des inglais, d' z' américains, des boches, is étotent abattus. Des jon.nes réquisionnayes pour le S.T.O. s' camouflettent dins des fermes artirées. Après cha, ch'est ches résistants : six ont été fusillés l' velle que ches polonais et canadiens, l' 6 septembre 1940, os étament libérés.

Que joie! Min père i a jué d' l'accordéon deux jours d' long. Et pis ches prison­niers sont arvénus . Les malheureux, is avotent tiré chinq ans, eusses qui pinsottent ête partis pour in mos. Cha été l'heure des réglemints de compte : des femmes qui avotent fait la vie avec ches boches, is ont u lus caveux copés d'su plache.

Tout l' monde étot plein d'espoir : tros semaines après in arféjot ducasse !

1) Aire sur la Lys (pas-de-Calais).

2) Wittes: village du Pas-de-Calais, près d'Aire.

                        par Gabriel DEUWEL

La guerre 39-45, aïe, aïe, aïe! Que j'emm' rappelle ...

Cha comminchaye in 38 ; déjà, des réservistes avéttent étayes rappellayes, et y a euye les accords ed Munich aveuc Daladier, Roosevelt, Churchill et Hittler ! Is ont fait in simblant d'arringemint. L'annaye d'après cha étayes pour du vraye.

Comme in 38, in a mis des affiches su ches murs et ches hommes qui avéttent l' numéro 6 su lu fascicule, is devettent lu rinde à telle ou telle plache. Et in peu pus tard, i y a euye d'autes affiches ... et 10, ch' étout la mobilisation générale.

Ech' voyes incore m' mère assise su eine marche d'escalier qui brayout et aussi min père aveuc s' musette su sin dos qui partout pour la guerre. "N' brait pont, qui disout à m' mère, dins huit jours, in est arvénus comme l'annaye passaye !"

Huit jours ? Hum, cha durayes chinq ans pour grammint. Min père, y a étayes in an parti ; li, i a euye d'elle chance, quand ches allemands is sont arrivayes, i s'a artrouvaye in France libe et i est arvénu à s' mason tandis que les auttes is ont étayes prisonnier et qui ont travaillayes pindant chinq ans pour rin, la-bas in Allemanne !

J'emm' rappelle, i est arvénu in soère d'orache ; in étout à mon d'èch voisin, pache qu'emm' mère all' avout peur d'l' orache ; ech' père, i a vu delle lumière et i a buquaye su chelle battante. Cha étaye queu joie ! Inn' paire d'heures pus tard, in étout couchayes et in intind tappaye su ch carreau et inn' voix qui dit : "Euve, chéri, ch 'est mi !''' Ch' étout in viux voisin qui avout seu qu'èch' père y étout arvénu et i voulout rire in peu ; j 'intindous min père et m' mère qui riéttent.

Edpis in an que chelle guerre, alle étout comminchaye, ches allemands is ététtent la ... in les voyout din ches pâtures faire des manoeuves et is logettent dins nous masons. Avant eusses ? I y avout ches soldats français ; ch' étout l' 18ème régimint ed cavalerie et bin, ches hommes is dormettent aveuque lus bidets dins ches étabes. Comme matelas, ch' étout delle palle ! Ch'étout l'hiver, in hiver fort dur ; ches routes, ch'étout des vrayes griolloires ; y avout des mouvemints ed troupe et in voyout des camions dins ches fossayes.

Avant l'invasion, in avout vu passouille des millies ed gins, gramint ed Beiches aveuc lus baluchons, et l'chinquième colonne. Alle passout tranquillemint mélangeaye dins tous ches gins qui savétent pont édu qu'is allétent... et quinze jours pus tard, is arpassétent mais i  n'a qui n'ont pont arpassaye, morts dins in bombardement ou mitraillage, etc...                                                                                     

J'emm' rappelle quand ches allemands is arrivéttent, in intindout ches canons ed plus in pus fort ; is approchéttent. M' mère a m'avout invoyaye quère du pon-ye à ch' villache, et quand j'arviens à l' masona veuc min pon-ye, pus parsonne. Tout l' famile alle étout partie sans m' dire édù, et mi j'étous là tout seu, aveuc ches allemands à min cul. Bin vite, ech les a rattrappaye et in n'a passaye deux jours dins ches rues et in a dormi deux nuits dins chelle palle dins in grand berck et dins èn' grinche. ln intindout ches obus passouille par dessus nous têtes et i y a toudis des morts par-chi, par-lo, et cha n' faijout que comminchaye.

Pendant l'occupation, nous auttes, in n'a pon euwe misére ; au villache, on s' débraIe toudis ; dins ches camps y avout ed quoiye à mingeaye, mais cha vient pont tout seu : in glennout et on allot cachy après des pomméterres après ech 1'hersage. L' pire, ch'étout ches femmes ed prisonniers; ch'étout long pour eusses, mais lus hommes ? Chinq ans in allemanne, travaillant pour rin et infermayes din des camps de concentration ; ches malheureux is rintrettent mais is sortéttent pu, même pon dins èn' planque, jusse in peuwe ed fumaye.

Dins nou cuin, l' secteur i étout calme ; ches allemands is nous laichettent tranquilles. Dins l' campagne, in voyout in tas ed gins qui vénettent des villes pour cachy in peu.eu ed' ravitaillemint. Et ech' marchaye noère i allout ed bon train.

J'a vu in habituaye qui n' faizout que cho !! Et bin li, i partout aveuc s' valise plonne ed burre ; i n'n'avout chinq kilos qu'il allout arvinde au prix fort. Mi j'a étaye à min tour ; j'a demandaye chi ech' pouvout pont avoère in bout ed bure, aveuc mes sous dins m' main ... et bin mi, j'a eu in quart ed bure: chint vingt chinq grammes .. Ché pont in gros morcheau ! Pindant qu'i n'n' a qui s' faizettent tuer pour la France, i n'n'a des autes qui profitètent ed la guerre pour s'inrichir : tout l' monde n'est pont patriote! 
         I y a bin la résistance qui faizout vir l' bout ed sin nez par chi par lo ; i y avout quique sabnotage. L' voie feraye ? alle sautout par chi par lo mais l' lindemain, ch'étout vite réparaye.
         Ed nous cotayes cha allout core ; y avout pont grammint ed résistant, mais ches allemands is réquisionnettent des viux comme garde-voie l' nuit. Ches viux la, cha les arringeout, is avettent pont d'artraite et ches allemands is payettent bin, aveuque lou monnaye ed singe, cha lou coutout rin ! Su la fin ed l'occupation j'a travaillaye pour ches allemands ; in plantout des piquets dins ches camps pour impéchaye ches planeurs d'atterrir ; cha payout bin et in archevout tous les jours au soère.

Quand ech vous disout, y avout la résistance su la fin ed l' occupation, ches allies is avettent débarquayes in Normandie. Din nou villache, la vie aIle continuout.. Ch'étout l' momint èd' batte ches pitits pouos. Et ches jones résistants ed nous villaches, is voulettent pont, pache qu'is avettent peur que ches allemands, is invoyettent ech gron.ye dins lou pays! Is avettent averti ech' patron que chi i mettout in route avant l' libération, qui méttrettent l' fu à sin matériel. Et bin, èch't' homme là, i a mis in route pache que ch' étout l' momint, et i a dormi dins s' batteuse pour miu surveillaye sin bien ! Ches jones résistants lo ? résistayes ... ch'étout tout in lou honneur ! Is voulettent pont laichaye sautaye eeh' pont qui est par edssus ech' canal... pourtant nou pont i a sautaye à l'invasion et i a arsautaye à l' libération, et i n'a quate-chinq ed nous jones qui sont fait tuaye pour rin ! et dire que chi j'aurous eue.eu trous-quate ans ed plus, j'aurous étaye aveuque eusses ... pont plus malin.ye que les autes ; in est tartoute parelle à ch't'âche la !

Quand ches inglais, ches canadiens, ches polonais is sont arrivayes, ch' est eusses qui nous ont libérayes ; l' nuit d'avant, in étout n' dizonne, des hommes in z'avons passayes nou nuit muchés dins in bo.we, oh, in étout bin muchy : in hectare qui faizout ; in voyout clair à travers. Pindant èch' temps la, ches femmes et ches ptits is éttettent tout seu !

Pour arvénir à nous libérateurs, i y avout pu ed pont et y fallout bin qui passent... pu ed pont... in pont ? deux heures après is avettent fait in pont et is passettent ed'sus. Alors là, la route qui passout edvant nou mason, qu'ech' qu'alle a prind ! I a passayes des camions ed toutes sortes, des tancks, des chenillettes, des jeeps, des motos, des autobus, ... et cha, pindant des jours et des jours et pindant plusieurs samonnes. Ches soldats lo, is campettent dins ches pâtures, l' long ed ches ayllures, in dezous ed ches abes, et nous autes, in allout les vir. Is nous donnettent des cigarettes américaines, des conserves, cha vénout ed lou ration. J'ai core étaye voler ches épis ed maïs que ches sinciers is plantettent pour donnouille à lou vaques ; alles étotent pont core sottes à ch' momint la ! Ches canadiens, is nous donnettent du café, du thé et des autes conserfes in écanche !

Pour nous autes, ch'étout fini... Pus ed batalles d'avions, pus ed D.C.A., pus lévayes ed nuit pour allouille dins ch l'abri au bout d'ech' gardin. Ech père, i avout fait in treu din l' terre et i aveut mis des ballots ed palle alintour et i avout mis incore trous-quate d'épais par edssus, et i fallout cruppaye lo enne-dins. Ch'est vraye que chelle dernière annaye ches aviateurs inglais, américains et les autes, is ont laichaye quère lous bombes in peuye n'importe édu. ln a vu des avions des deux cotayes quère, in a vu des parachutes in l' air, mais ch' est drôle, bin souvint, on les atrouvout pus à terre !


ln bieau jour, j 'étous aveuc min frère, in ramassout ed l' affouraye que j'avous coupaye, in avout core n' chinquantonne ed lapin.yes ; in a core euye des tickets de ravitalemint in bon momint et ch'est lo qu'in a vu in drôle d'avion ; i faisout in drôle ed bruit, ch'étout in de ches premiers avions sans pilote. In a seu.ye que cha s'appelout in "V.l" et ches allemands is invoyettent ches "V.l" querquys d'explosifs edssus Londres et ch'est tous ches rampes èd' lanchemints que nous alliés is vénettent bombardouille.

          Ech' va core vous dire : à l'invasion, à l' libération ? Ch'est impensabe tout che qu'in trouvout comme armes, munitions, nourritures, abandonnayes dins ches pâtures, ches étabes, ... In n' peut pont dire tous nous souvenirs ; in pourrout faire plusieurs lifes et même des gros lifes ... Et i y a toudis n' guerre quique-part ! Alorse, à quoi bon parlouille delle note ?

Repost 0
Published by Harchelles - dans Travail d'équipe
commenter cet article
23 mars 2009 1 23 /03 /mars /2009 15:56
             EL' VIE D' CHES G'VOS (travail d'équipe).

            Ch' gwo, ch 'est elle chelle bête principale d'el cinse. Es' cinsier, i
1'o pus quère qu'esse prope-é-mère. A Lares (Village de Laires dans le Pas-de-Calais) on dit in gvo, mais dins des autes villaches, on dit in gwa, in qva, in kvo, ln quéval. .. Cha n'a pont d'importance. Tout l'monde i s'comprind, ch'est l'essentiel.

           Aveuc in pèwe ed'moquerie, ech'mulet ch'étot « ech' mulet », ech'l'âne ch'étot il ech' bourrique». I n'n'avot pont gramint, ch' étot des gwos d'paufes et on avot moins d' respect pour eusses que pour chés « vrais » gvos.
           Plus ch'propriétaire ed'chés gwos i avot des sous et plus chés gwos is étètent grands, bièowes et jon.nes. 1 avot vraimint in:ne ressemblance intre chés géins et chés bêtes sauf pour l'âche pétète. Chés gwos ch' étot presque tous des Boulonnais, des Ardennais ou des Traits du Nord aveuc des pouèls in bas des pattes ed'darrière. El' forme ed' lus chabots alle étot pont toudis parelle. Ch'est pour cha qu'chés maréchas is avotent gramint d'fers dins lus forches !

            Lu pièowe, aIle étout blanque, rouche, grisse, quiquefoés nouère. Dins certains cuins, tous chés bidets, ch'étot quasimint des gros boulonnais blancs, min. me equ'pour travailler dins chés camps ch'a n'est pont in.ne couleur fort pratique qu'alle ramasse gramint d'bidoule et tout challe poussière itou.

            Dins nou région, ch'étot des pitites et des moyin.nes-é-fermes ed'vingt à chint mésures à peu près. ln.ne mésure ch' étout trente chinq ares quarante six centiares (Là aussi, cha dépindot des régions !) Ches fermes ed 'vingt/trente mésures, is avètent in gwo. Au-dessus, ch' étot souvint dèwee gwos. Des cinses à plus ed 'dèwe gwos, alles étotent-é rares. Souvint, i n'avot qu'in.ne dins ch 'villache et alle pouvot atteinde plus d'trous chints mésures.

           I a bién des noms pour chés gwas : Channante, Fillette, Luronne, Fauvette, Gamine, Julie, Félicie, Mignonne, BeIlotte, Finette pour des jumints et Major, Bijou, Cadet, Félix ,Gamin, Bayard, .... Et j'in passe pour chés marles. On n'n'a min. me connu in qu'on appélot Bistoulle. Sin patron, i avot dû vir cha à l'télé dins in feujlton ! 

          Chés marles is étotent sinsémint tous câtrèïes. Ch 'étot certainemint fait pa' ch' vétérinaire vu qui n' avot pont d' catrèuwes d' bidets mais jusse des catréuwes d 'pourchéowes. In  marle câtrèïe, ch'est in hongre.

           A l'âge ed' troués ans, chés jumints alles avotent in pouIin.ye tous l'z'ans. Quand qu'on voulot les faire pouliner, i fallot attinde qu'alles seuch'tent-té in caleur et faire vénir ech'l' étalonnier. Ch'l'étalonnier i faijot campane pour allèïe montouille chés jumints à quinze, vingt kilomètes à la ronde et i arpassot in.ne deuxi.in.me foés pour contrôlèïe et garantir. I dormot et i mingeot dins ches fermes. A quiques foés, i étot parti in moes sansarvénir à s'mason. I arrivot aveuc in biéôwe étalon qui avot des rubans pis core des cocardes dins s'crinière qu'alle étot toudis bién peignèïe et tout tressèïe, comme esse queue itou. Ch'étouait in évén'méint min.me que, quand qu'on étouait jon.ne on s'demindouait toudis .ch'est qu'cha peuillouait ète que ch'gwo-lo et quo qu'i venouait faire! Après que ch'étalonnier i avot fait sin traval (pont trop fatigant pour li !) i fallot attinde quique temps pour ête asseuré qu 'chelle jumint alle seuche-é-p-lin.ne,autermint, jusque là, on dijot qu'ch'étot in.ne JPP (néonwe, cha n'voulot pont dire Jean-Pierre PAPIN, mais « Jument Présumée Pleine»).

           Au momint d'ech poulinage, ech' carton i dormot à l'écurie à côtèïe d'el jumint aveuc in cordiôwe attaqué à sin peugnet et qui passot par-dessus d'ech travers pour aller s'inroulèïe autour d'el panche d'el jumint. Comme cha, i étot prév'nu quand qu'chelle jumint a s 'couchot pour lâcher sin pitit.(on érot quand-min. me pont attindu onze moés pour ràter ch'l'accouch'mint !)

          Quiques heures avant l'poulinage, chelle jumint alle attrape « les cires» (Ch'est des pitites boules ed'cire au bout d'chés trayons) . On savot alors que l' naissance, alle allot pu tarder. Ech cinsier i avot prins l' précaution d'ameuter sin voésinache ou s' famille pour avoèr ed'l'assistance pasque ch' poulinage i devot toudis ète fort rapide.

          Quand qui viént au monde, on l'appelle in poulin.ye. I marche tout seu, mais au début cha balle in pèwe ! (Enne parlons pont d'sin père qui passe in quéowe et qui n'arviént pour ainsi dire pus).

          Vers touès moués, on les sevrot car chés mères ratindotent-té- famile et devotent artravailler. Vers in an on lu coupot lu queue (Cha s'appélot s'faire écourteler) et chés marIes, on les catrot. Tout cha, cha s' passot souvint à l'forge de ch'marécha.

         A l'âge ed' dix-huit mouos, on les habituot à lu nouviéowe métier, solid'méint attaquéïe à côtéïe d' lu mère ou d'in.ne viel1e é'-bète calme et poséïe. On les faijot tourner à droète et à gauche pour les habituer au frott'mint d'cjes chin.nes de c'tracier. Cha s'passot souvéint pont trop mal. On étot quand min.me toudis à dèwe au cas où ..... pasque cha n'étot pont toudis simpe quand qu'i fallot les débourrer pour pouvoère les att'ler ! Afin.ye d'éviter ches accidints, on les ferrot jamais avant qui seuch'tent-é atte1èïe.

         El' log'mint d'chés gwa ch'est l'écurie et in.ne bon.ne écurie cha doèt ête bien sec et bien serrèïe. (El' plus souvint ech-t'écurie, lle'étot juse à côtéïe d'elle mason). Chaque gwa , i a s'n'implach'mint aveuc quiquefos in nom écrit su in.ne tite ardoèse et inter dèwe chaquet implach'mint, i a in bas-flanc in bas accrochéïe à in.ne chin.ne pour qui s'fach'tent-té pont mo in s'crinchant ou in bottant. Pas d'vant chés bidets, tout ch' mur i est occupéïe par ch'raté.ier (in hiéôwe) du qu'ch'est qu'on met chés bottes ed' pale ou d'foin et in d'sous, jusse à hauteur ed 'bouque, par chelle mingeoère pour mette ech'l'avon.ne et tout ché qui n'est pont in botte. ln d'sous de ch'l'auge (ou chelle mingeoère, ch'est parelle), i n'y a in anniéowe in fer et du qu' passe chelle longe, loïée d'in côtèïe à in anniéowe de ch' licol et terminéïe d'l'aute par in néeuwe après qu'in l'a passéïe à in blot, qu'ch'est in gros cube ed' bos dur perchéïe d'in tréeuwe rond pour que ch' gwa i peuche avincher et arculer libremint in laichant du mou à ­chelle lonche. Et à terre, ch'étot chimintéïe, aveuc in.ne rigole par derrière chés bidets pour arcueillir chelle piche qui coulot de ch'fien (ln avot étraméïe in.ne bon. ne couche ed'pale bien sèque comme litière).

          Au matin.ye , ech'carton, ch'est à dire ch'l'ouvrier qui étot responsabe ed'dèwe voère tros gwas,(Dins chés gran.nes -é- cinses, ch' carton i avot sin lit dins in cuin de ch'l'écurie fait d' tros, quate planques ed'gros bos passéïes à l'chaux pour désinfecter et pas d'zeur, i avot in.ne mécante-é-paillasse ed' grosse-é-toile rimplie ed' court-é-pale et pis dèwe/tros couvertes qui sintètent el' sueur ed'g wa et d' carton pont décrinchéï) ; ech'carton donc, ­devout lu donnoïe à minger in.ne mand'lèïe d'avon.ne, du gron.ye à qui des fous, i avot d'èl' mélasse aveuc.

         Pendant qu'chés b'idets is mingeottent, ech' carton (ou ch' cinsier quand qu'i avot pont d' carton) i devot passer la r'vue si s' étotent-té pont bléchèïes dins l'nuit, les étrier in passant et rapassant étrile et bruche d' chiendent: I fallot adon sortir ech' fien pis l' saquer jusqu'à ch' tréeuwe à fien aveuc in grohet ou l'carquer d'sus in.ne brouette si ch'feumier i étot in tit pèwe plus lon.

         Après cha, i fallot les habituer pour aller au boulot dins chés camps. Les habi.ier, ch'étot lu mette lu co.yi et tout J'harnéqure et adon is étotent-té- atteléïes. 

         Pour mette in.ne harnéqure à in bidet, on queuminche par chelle bride, du qu'i n'y a in mors, chelle gourmette et chés œiltères, et du qui est arloïé ech' cordiau pour guider chelle bête à "hue" et à "dia" et à "arcule" in saquant fort sans arlacher. Après ch' est l' tour d'ech' gros morchéowe : ech'coïer aveuc tout c'qu'i s'insuit : dossière, croupière, et chés traits, articuléïes in déwe morchéowes et fort lourds comme si is étotent-é-plombéïes. Si ch'gva i devot jusse saquer, i n'n'avot assez aveuc cha comme harnéqure et i n'avot pus qu' arloïer ch' crochet tout à l'arrière ed' ches traits à chelle chin.ne d'chaque côtéïe de ch' traxier pour saquer in trainoir, in-s 'moir, in.ne carrue, in brabant, in estirpateur, in diale, in.ne herche, in roloir ou in binot. Si i fallot saquer tout in portant et in pouvant arculer, in d'vot core mette ed'z'autes pièches d'harnéqure : in basset (ch'est in.ne tite-é-selle poséïe su l'dos d'ech'gwa, aveuc in tréeuwe in travers pour faire passer chelle dossière, in.ne dossière et in.ne sous-vintrière rinforchéïes, qu'chés bouts is passotent èd'dins chés brancards. Aveue chés harnéqures-law, in gwa i pouvot ête att'léïe à in béniau, in.ne carrette d'aow, in.ne voèture èd''marché (Dins ch' cas-law, on mettot quand-min.me des harnéqures pus légères vu qu'ch'étot graméint pont si lourd à saquer et à porter). In-d-'sous l'queue, i avot in.ne grosse-é.changue in cuir qui s'appélot in arcul'mint.

         Pour accater ou raccomoder chés harnéqures, on allot à mon d'èch'bourri.ier qui rataconut au possipe tout ché qui cassot. Malgré qu'in gwa ch' étot fort résistant et qu'cha n'étot pont souvint malate, i fallout faire attintion à chés coups d'sang et l' pus terribe, à chés coliques qui vènotent-é- de ch'qu'in li avot donnéïe à minger in min.me temps du vert et du gron.ye . Ch' état law in mélange qui valot miux n'pont faire.

         Adon, ches cinsiers is faijotent-té-pont vénir ech' vétérinaire pour des cacoules qui pouvotent­-é-sogner eusses-min. mes. Is avotent-té-toute in.ne pharmacie dins lu écurie et i avot des guérit-tout pour chés coliques rouches. On l' déringeot jusse pétète quand que l'poulinière aIle arrivot pont à pouliner!

          In été, ches bidets, quand qu'i avot des nnomints créeuwes, is étètent à pâture et is-pouvètent-é gambader tout lu souwe min.me qu'is s'rond'lottent dins ch'1'herbe les quate fers in l'air. Alors, on dijot : « ch'bidet, i bouè s'n'avon:ne !"

         Quand qu'is étètent-é-imbétéïes par chés mouques, is s'méttètent-é tête à cul et cul à tête pour les incacher aveuc lus quèwes : ch'est qui proufe qu'is avotent l'esprit d'solidaritéïe !

         In hiver, is restotent-é-à l'écurie, mais fallot les sortir quand-min. me pour les décrampir pasqu'ou bién, is vinrètent fourbus.Quand qui faijot fort froué et qu'i fallot les prom'ner quand-minme pour pont qu'is euch'tent-é-in coup d'sang, on lu mettot des c1éeuwes à glache d'sus lus fers, des mouchettes pour pont glicher. Ches fers, is étotent-é- numérotéïes comme pour chés géints.

        Après in.ne vie d' traval, (ch' bidet i avot souvint intre vingt et vingt-chinque ans) i fallot pinséïe à rimplacher nou brave viux gwa uséïe et cha n'étot pont drôle de l'méner à l'abattoère. Souvint, is partotent el' lundi matin.ye, à pied quand qu'ch'étot pont trop long, ou in camion d' ech 'boucher quand qu'i avot du quémin.

         On a vu des cinsiers braire plus d'in.ne foués quand qu'is voïotent-é-partir lu camarate èd-traval !(et aussi, lu complice ! I n'a plus d'in qui a raménéïe à mason ch'maîte qui avot prind in.ne bon.ne cuite et qui étot pus capabe de s' diriger !) 

        Ch' marchand d' bidets, i n'armettot in à l'essai pendant quiques temps. Souvint-cha s'passot bièn, mais à des foués, on pouvot tomber sus in.ne bête fort fougueuse et plin.ne ed' rubriques, si bién qu'i avot pont moïen d'el faire aller !

        Cha arrife core qu'on rinconte in bidet d'cinse, mais-ch'est in.ne espèce in voué d' disparition et ch'est fort malhéreuwe pasque ch'étot silencieux et pont polluant et pis cha faijot du bon crottin pour mette sus sin gardin. Du fien d' gwa, ch' est bon pour chés gardins ! Surtout dins chés couches (châssis) pasqu'i s'écauffe gramint et qu'cha fait pousser tout chés pitites-é­-plantes qu'on vo arpiquer pus tard. On n' peut pont faire sans parler d'éch' crottin d'bidet :  cho ch'étouait sacréïe ! i n'peuillouait pont n'in quère in d'vant l'mason sus chelle route qu'aussitôt on allouait aveuc in.ne pelle et in ramon pour el ramasser et l'mette dins ch' courtiiache ou bién dins ch 'parterre.

        A c't'-heure, os pouvez toudis essayer d'arroser vous légueumes aveuc d'el l'huile ed'vidange, os m'in direz des nouvelles !

        ln gwa, ch'étot tellemint sacreïe, que quand qui étot mis au piquet dins chés camps, ed'peur qu'on li euche print pendant l' nuit, et bin, ech'cinsier i couchouait aveuc dins in .ne cabon.ne esprès et tous chés cinsiers is'faijouatent-é parèle.

      Adon, tous chés gwas is faijotent-é-travailler gramint d'gins: maricha, cartons, bourriers, alors qu'àc't'heure aveuc chés tracteurs, i n'y a pus qu'chés mécaniciéns qui z'ont  d'l'ouvrache. (Et core, chés jon.nes-é-cinsiers, is débroul'tent-é-tout seuwes quand qui sont in raque ed' lu mécanique !)

       Dins ches camps, i a pus d' bidets ! In a pus qu'des tracteurs ! On dit pus in carton, mais in chauffeur .

I y a pus d'écurie aveuc ech' coffe à avon.ne et in lit dins ch cuin dù qu'ch'est qu'èch' goujart (carton) i dormot. I a pus d' tréeuwe dù qu' ch'est qu'in saquot ch' fien.

       Par conte, i a des biéauwes batimints aveuc tout ch' matériel in-d'sous!

       Dins chés camps, in rién d' temps toute i est fini ! Et dire qu'avant, pendant in.ne journéïe intière, on intindot in carton'qui labourot à côtéïe ed' nou mason : "yhue, yhue, Jacqueline ! Tu, tu Bellote ! allez, yhue !"

        Cha, ch'est des souv'nirs ! Mais v'la, i a rién qui dure ! 


DICTONS ET EXPRESSIONS SUS CHES G'VAUX

A g 'vau donnèïe, in n' ravise pont ses dints!
(A cheval donné, on ne regarde pas ses dents !)

Aveuc  in borrique, in n' fait pont in g'vau d' course.
(Avec un baudet, on ne fait pas un cheval de course).
Ch'est in borrique qui est d'vénu g'vau.
(C'est un baudet qui est devenu cheval).
A g'vau donnèïe, on n' ravise pont s'il
est borne !
(A cheval donné, on ne regarde pas s'il est borgne).
 
Ch'est canger in g'vau borne pour in avule.
(C'est changer un cheval borgne pour un aveugle).

In.ne fan. me, alle tire pus vite s' quemiche qu'in g'vau sin collier.

(Une femme enlève plus vite sa chemise qu'un cheval son collier).
I o des gambes comme si qu'i aouait apprind à monter à g'vau d'bos sus in.ne cheron. ne.
(Il a des jambes comme s'il avait appris à monter à cheval de bois sur une baratte).
Ech' g'vau, i séint s'n'écurie.
(Le cheval sent son écurie).

I y a plusse ed' tchiéns à pied qu'éd lèwes à g'vau.

(Il y a plus de chiens à pied que de loups à cheval).
Té dirouais cha à in g'vau d'bos qu' t'érouais core in coup d'pied.
(Tu dirais ça à un cheval de bois que tu aurais encore un coup de pied).
Ch'est ch' carreton qui fait ches bons g'vaux.

(C'est l'ouvrier qui fait les bons chevaux).
I fait ches capelles comme in g'vau d'brassèwe.

(Il fait les cabarets comme un cheval de brasseur).
Tin g'vau i a dormi dins ch'pouiller, i o
in étron d'sus sin dos.
(Ton cheval a dormi dans le poulailler, il a un étron sur son dos).
Quand qu'èch' ratelier i est vide, ches g'-vaux is rutent.
(Quand le ratelier est vide, les chevaux ruent).

buque du pied comme in viux g'vau.  
(Il frappe du pied comme un vieux cheval). 

T'arés core dins les coules d'ech'g'vau d'bos !
(Tu es encore dans les testicules du cheval  de bois !)
I
n'intind ni à hue ni à dia.
(Il n'entend ni à droite ni à gauche).
Aouar in.ne fièfe èd'g'vau.
(Avoir une fièvre de cheval). 

A c't'heure, t'es ch'g'vau d'affilèïe.
(Maintenant, tu es le cheval de file).
­Pont pour in viux g'vau.

(Pas pour un vieux cheval).
Ej'sus comme ches viux g'vaux, ej' périrai par mes pieds.
(Je suis comme les vieux chevaux, je périrai par mes pieds).
Ete à g'valée(à g'wavalée).

(Etre à califourchon).
On n' douait jamais wuidier un g'vau au quinze août.
(On ne doit pas vider un cheval au quinze août).
Alle o in cul, on dirouait in.ne juméint d' brassèwe !
(Elle a un derrière, on dirait une jument de brasseur !)
Queumint qu' cha vo ?
Sus deux pattes comme el' mitan d'in g'vau !
(Comment ça va ? Sur deux pattes comme la moitié d'un cheval !)
I pète comme in g'vau d'brassèwe !
(Il pète comme un cheval de brasseur !)
monte sus ses grands g'vaux !
(Il monte sur ces grands chevaux !)


Repost 0
Published by Harchelles - dans Travail d'équipe
commenter cet article
23 mars 2009 1 23 /03 /mars /2009 14:15
                Firméin et ses fardrecques (travail d'équipe)

V'lo ichi qu'os allons vous espliquer cho qu' ch'est in.ne histoire à suife.

Ch' président, i queuminche in.ne histoire, i l' passe à in membe qui l' passe à in aute, pis à in aute, pis à in aute... et tout l' mon.ne i douait continuer ch '1' histoire. Os avons, in 2000, fait suife deux fouèïes l' min.me histoire dins in orde pont parèle ...

         Première fournèïe

Roland DUSSAUSSOY

Firméin, ch'étouait in cinsier qui peuillouait aouoir dins les soixante ans ; on n' saouait pot li dire d'âche pache qu'i étouait viux dins s' tête et jon.ne èd' sin corps.

Ech' jour-Ièowe, i s' n'allouait aveuc Bijou, sin g'vau, et sin carriot pour arracher queuques bétrapes ; i aouait prind s' pique pour ramenéïe du maïs pour ses vaques : on lus in donnouait pache que ch'l'herpe a nétouait pus drute.

Nou Firméin, i s'aouait harnéqué d'in viux paltôwe treuèïe, d'in gros patalon d' v'lours et d' ses bottes. Sin g'vau i saouait presque édù qu'is s'in n'allouatent. Faut dire qu'èd'pis troués jours, is allouatent é-toudis dins l' mim.me camp, mais...  Ch'est malin.ye, des g vaux !

         Ed'pis qu'on aouait installèïe in « stop» à mon Victorine, et bin, Bijou, i s'y arrêtouait d' li'min.me. Quèques fouèïes, Firméin et pis Bijou, is restouatent é-lèowe in bon momon. ye pache èqu' Firméin i s' aouait indormi dins sin carriot.
        - « Mais Yuh!» qu'i hurlouait Firméin, pont conton.ye, comme si qu' ch'étouait d'ès' faute à chelle paufe bête.

Arrivèïe à sin camp, Firméin i deschéind aveuc' ès'pique pour copoïe sin maïs. Mais v'lo-ti pont qu'i Ii préind in.ne invie pressante, tout d'in côwe ...

Firméin, i rinte dins s' pièche èd' maïs, i s'ajouque, et tout d'in côwe ...

Francis HANOTEL

. .. i intind du potin. ye du côtèïe d' ch' elle voïette qu'alle longe sin camp. I s'abache in pèwe plus pour pont qu'on l' voèche aveuque esse panèïe volante et sin patalon in bos d' ses gambes. I s'artiént min.me èd' poussèïe èd peur qu'on l'intinche et i ravise qui qu' ch'est qu'cha peut ête inter d' chés épis d' maïs. I voét arriver dèwe jon.nes amoureux qui cach'tent in pèwe d' tranquilité darrière ches haïures.

Comme sin g'vau i est arrêtéïe èd' l'aute côtèïe de ch' camp, mes dèwe jon.nes is s' crottent à l'abri.

- « Is vont ti s'n'allèïe ?» qu'i pinse min Firméin, in serrant èd' plus in plus ses maigues é- fesses.

Pinses-tu! Is s'instal'tent el' miux qui peuftent et is queuminch'tent à s' bajotèïe et à s' tripotèïe.

- « Is vont quand min.me pont faire lus saloupries à côtèïe d' mi ?» qu'i s' dit mé n'hon.me.

I essèïe ed' s'artournèïe pour pus les vir, mais comme i a èd' plus in plus d' mo à s'arténir, i n'in lâche in énorme aveuque in grand soupir èd' soulag'mint Ches dewe jon.nes is faitent in bond et ch'elle fille alle argarde sin copin. ye aveuque des yux étonnèïes.

- « Ch'est pont ti qui a fait cha quand min.me ?» qu'alle li dit aveuque èd' l'arproche dins s' voé.

L'aute, i resse aveuque esse bouque ouverte, tel'mint i est estomaquèïe.

- « Bin, non ! qui li répond, à rn' mote qu'os sommes pont tout seus dins ch' cuin !"

Et is queuminch'tent à ravisèïe du côtèïe de ch' camp ...

Georges GOBLET

Mais ch' camp, ch'est pont à eusses, et com.me qu'ils ont core in peu.ye d' respect pour l' bién d'ès' autes, is veul'tent pont avanchi, peur d' terpler ech' maï.is. Et pis, ch'est surtout qu'èl' terre alle est fraîque, et qu' cha déplaque. Alors is' contintent tous les deu.yes d' raviser, in restant sus l' bord. Is ont biauwe miler, is n' vouètent rién pace que ch' maï.is·i est dru et cort bién vert. N'impêche qu'is sont pus tranquilles et que l' tension alle est arquée.

Ch'est pétête in avion qui a passé.ye el' mur du son ... Ah, nonwe, putôt in.ne bête dins chel' pâture, ou bién in coup d' vint. .. Pourtant, on aurout cru ... Bin, qui qu' t'es veu.ye qui. .. ?

Ch' est riin, vo ! Des buquaches, i n'n'a toudis ; si qu'on devrout s'arrêter pour cho, on n' frout jamais riin.

Recoucouche, reploplote et retripote, et os savez, el' jeunesse, alle oublie vite ... Mais Firméin, li, toudis avec sin pan in l'air, cha li faijout pont s'n'affaire. I n'étout qu'à mitan servi, et i n'arrêtout pont, dins s' tête, d' vir in fouan in train d' muteler.

I serrout, i serrout ses mèques é-fesses. A côté.ye, cha durout, cha durout, cha durout ... On pourrout jamais crouère qu'i a tant à faire intre in jon.ne hom.me et in.ne jon.ne fame allongés dins ch' l'herpe.

Quoué-ye faire? qui pinsout Firméin. Quoué.ye qu'os auraitent fait à s' plache ? V'lo l' situation : deu.yes jon.nes gins pont pressé.yes, li, tout à fait l' contraire... S' faire vir si longtemps après ? I aurout passé.ye pour in viux dégoutant in train d' miler. .. S' déplacher pour allou.ye à l'aute bout d'èch' camp ? Ch' est parel : is l'auraitent vu et pis, in plusse, fallout pouvouère ... Alors ? Alors ? Bin, ch'est ch' qu'i a fait. ..

In poète, i vous aurout espliqui cha miux qu' mi. Sachez seul'mint que l' bruit qu' cha a fait, ch'étout à peu près comme ech' ti d'in.ne moto in train d' démarrer avec sin pot d'échappement trafiqué.ye, mélangé avec l' bruit d'un sac d' no gauques in train d' dégringolou.ye dins des esca.yés.

Firméin, li, i arvénout au mon.ne. Biin sûr, gagner in milliard au loto, cha li aurout fait plaiji mais pont plusse qu'à ch' moméint-lo.

A pis, zut pour ch' ti qu'est pont contint...

Jean DEREUDRE

Contint, Firméin i l'étot d'avouire pu es soulagie. Ch'étot pont pour cha qui s'érot mis à canter comme enne glène qui vi.int d' ponde in eu !

Si i étot débarachie de ch' cotaye là, ch' étot la moinde des choses, i étot toudis dins l'imbarros pour arjouinne esse attlache.

Quémint faire pour es sortir ed là sans es faire vir ? Ch'est qu'èch quémin direct i passot justemint par l'indrot ou eche jêne coupe i s' trouvoue. D'après lu position, is l'érotent prind pour ein individu vénu pour es rinchi l'eulle !

I n' avot pu qu'à faire un grand détour, à travers ches routes ed maïs et faire semblant d' vénir ein sins inverse artrouveu es attlache. Et vIa nou Firméin, prindant sin courage à deux man.yes tout in partant à quate pattes, téguant in armuant fort, passant dins ch' maïs in faijant ein potan d'infer pour essayer d'arriver du cotaye opposaye.

Ches jënes, déjà fort intriguies d'avouir intindu chelle pétarade ponctuant el soulag'mint ed Firméin, étotent ramonchlés ed peur, craignant ed vir débouchie eine horde ed sangli.ies. Is les avotent, comme on-dit, à zéro !!!


Jacques T AFFIN

Cha quemincho à d'vénir catastrophique pour nou Firméin ; i commincho à attraper des batemints d' cœur à forche d' crapahuter din ch' maïs ; i avot tout troudelaïe sus ène vingtaine d' mètes. V'la ti pon qu' ses bartelles y cassent et qui perd du coup ses maronnes ! Cor in aute problème. Mais quo que j'ai fait au Bon Diu pour ête immerdaïe à point parel ! J' va avoir l'air in d'arvénir à l' mason din ène telle position ! I s'artourne pour récupérer ses bartelles et v'là qui vot in long bout d' fichelle d' moissonneuse attaqué à ène grosse brique ; cha y est, j' arsus sauvaïe deuche côtâïe laü !

Firméin prind sin coutiaü din s' poche d' gïé ; queumint qu' cha se fait que ch'est si dur et que cha tind si fort ? Au bout de chelle fichelle in fil d' cuife et pis après, que surpriche : in gros putain d' lièfe prind din in lâche ! Vite, i cope euche bout d' fichelle pour arloyer ses bartelles ; i z'arfait du miu qu'i peut, armonte ses maronnes tout in pinsant à ch'lièfe, pis tout d'in côwe...

Jacques SAVARY

. " pis tout d' in côwe, in arrivant tant bi. in qu' ma dins l' bout d' s' pièche èd mayisse et in s' arlévant, tout in s' rablouquant et in inroulant chelle fichelle à lache à l'intour d' sin patalon d' v'lours, n' v'la ti pont qui quét jusse su ch' garde cache fédéral qui avot l'air èd' miler tout partout. .. Fin saisi d'èl rincontrer, Firméin i n' perd tout d' minme pont l' Nord (ni l' Pas de Calais non pus !) et i li dit :

- «Bi.in l' boujour, Môssieu ch' gard' : Cha sérot du biau temps si qu'i n' drachot pont toudis comme cha, eh non? C'mint qu' cha s' fait qu'os êtes arrivé dins min camp d' mayisse ? Y aurot-i du grabuche dins l' cuin ?

- « Bonjour, Monsieur Firméin .. En effet, il m'a été signalé qu'il y avait par ici un braconnier qui exerçait la coupable activité en posant des collets et ma tournée n'avait d'autre but que de vérifier le bien fondé de cette information ... Vous-même, n'auriez vous rien remarqué?

- « (Mon Diu, qu' ch' est bieau d'ête estruit. .. i parle com' in life !) Bin, ch't'a dire qu'in traversant min camp de mayisse pour arjoinde min carriot pis Bijou (Bijou, ch'est min gwa), èj' m'a justeméint inch'pé dins in biau lièfe prind au lache et com' i a compléteméint mouru, èj' pinsouais l'inlever pi l'améner à mason qu' Phrasie (ch'est m' in.me) a n'in fache in bon civet.. Mais j' vous jure, sus ch'ti qui est su chelle crô, qu' cha n'est pont mi qu' j'a mis ch' lache ... Mais os  m' croïez pétête pont ?

Je vous crois d'autant mieux, Monsieur Firméin, que je sais bien que vous êtes un honnête homme et qu'il ne vous viendrait jamais à l'idée de poser des collets dans ... votre propre champ (à part : ailleurs, je ne dis pas !) Mais vous avez fort bien fait, ma foi, de ne pas toucher au corps du délit. Vous allez donc continuer votre ouvrage comme si de rien n'était. Quant à moi, je vais me camoufler en embuscade dans votre maïs, car je pense que le contrevenant ne saurait tarder à venir au résultat, la nuit venant vite en cette saison !

         - « (Ch' est pont comme in life qu'i parle, ch'ti lal, mais comm' deuw !). Adonc, v'la nou Firméin qui c'minch' à déracher bétrapes tout in busiant sus ch' l'affaire-là. «Ma pinse in.ne ti pèuw .. qui qu' ch' est ti bi.in qui érot vénu poser in lache dins min mayïsse ? Dodophe cul d'mouk' ? I c'minch' à s' faire bi.in viux ... pis ch'est trop long d'es mason ... Phonse Pich' Trogouttes? I a du mâ à aller aveuc ses rhomatiques ... pis à c't'heur, ch' est in biau drissard ! Alors qui ? mais qui ? Et i passe in.ne mi-heure, in.ne heure, six quarts d'heure ... Des fos, cha n' sérot-i pont ch' garde li-min.me? Au jour d'aujourd'hui on in vouait relleméint des drôles ... et pis n'v'la ti pont qu'il intind crier «au secours, au secours ... » A é't'heur eq' sin patalon i tient bi.in, i peut courir ... et i queurt, et i queurt et là .... Jésus, Marie, Joseph... i treuve ch' garde ardinté d' sus ch' rivet... et pus d' lache ... et pus d' lièfe ...

Marie-Rose DUSAUTOIR

A l' plache d'èch liève, i vouot ch' malhéreuwe garde, rétramaïe d' tout sin long, qui criot : «Au secours, au secours, ! Sin pied inchepaïe dins n'in bout fil de fer, i avot du mal artomber, et faijot des rudes grimaces, tant qu'cha li dardot dins l' quévile.

«Mais, ch' est qu' j'a fait au Bon Diu aujourd'hui, pinse Firméin, ch'est pont possibe, j' sus t'inchorchelé. Jé n' vais jamais m'in sortir et arriver à r'vénir à mason. Je n' peux tout d' même pon laicher là ch't'hon.me à terre (biin qui n'est pon si biin vu qu' cha par tout l' monde, et pon brave du tout in plusse).

«Venez me secourir, vous voyez bien que je ne peux pas me relever, espèce d'abruti !"

La-dessus, F irméin n' in crot pon ses orelles : l' traiter d'abruti, li... non mais, des fouos !

L' ton i monte, d'eun mot, cha viéint à l'aute, et l' garde faijot des rudes grennes. Firméin, tout in maquignant, i s' dit qui seuffe sûremint d'in.ne intorse ou pire in.ne cassure, mais i n' peut quand même pont porter eun rude gaillard com.me li sus sin dos. Pourtant, eun sac rimpIi d' chinquante kilos, n' li fait pon peur, mais ch' gros sieuwe là, n'in pèse bétot chéint !

Pon contint du tout, i s'in va arqueure Bijou et pis l' carriot d' l'aute côtaïe desse pièche ed maïsse, et i querque tant biin qu' ma el bon.hon.me qui n'arrêtot pon d' mangonier : plus vite, plus vite, ...

« Eh, minute, minute, qui dit Firméin, ou biin, j' vous laiche sus plache. J' m'in vais à mon d'èche l'arbouteuse qu'a s'appelle Souphie Picholombe, os vous démardrez aveuc elle ; alle va vous armette cha tout d' suite ; mi j' core du rraval à faire ! »

V'la l'attelage parti d'sus ch' quémin, tout douchemint. Bijou connaissot l' route ... mais, mon Diu, ch' est qui li prind ... li, si tranquile d'habitude, i queminche à drécher ses orelles et à tarpeler... Ch' est qui s' arpasse, cor eun coup ?
 


Gabriel DEUWEL

Mais ch'est in roquet ed tchien, qué caronne ! qui pèse pon grammint plus ed trous lifes, et qui saque èch' liefe ... ln liefe ed six lifes et j'ènn' compte pon ech 1ache qui est core à sin cou !

            Ch'étout l' tchien à Dodolphe Cul d' mouck ... tout in étant viu, i étout la.  Mais Bijou, i n'aime pon tches tchiens et quand qui n'in sint un, i dévi.int nerveu.ye. Ech garde, i s' lamintout; ch' est in nunu qui pinsout Firméin, et i s'in va carressai.ye sin guau pour l' rassurai.ye. Ch'est rin, sache, seus sache, i est parti !

Ch' est vrai. ye, i y a pus ed Dodolphe, pus ed tchien, mais i a pus ed liefe non pus. In intind core sin tchien qui win.ne au loin, mais in intind aussi ech garde qui win.ne autant. ..

Adonc, Firméin, i arjoind ech garde sus ech carriot et d'in pitit coup ed cordiau.ye, v'la Bijou parti. Au bout d'in momint, à in tournant, is tomb'tent nez à nez aveuc ches amoureu.yes ; à les vir ed tout près, chelle fan.me, alle n'est pus tout jône et alle est aveuc Dodolphe ; cha, ch'est louche ! pache que ech l'amoureu, li, i est chinquante métes derrière et edssus sin dos, i a enn' musette plon.ne à mutte et enn' oreille ed liefe qui passe ...

Tout cha, cha nous amène à mason d' Souphie Pichalombe et sans rin dire, Bijou i s'arrête.

Aïe, aïe, aïe, aïe, aïe, ... arvla ech' garde qui arfait ses nunutries !

Firméin, i s'in va buquy à l' porte et comme qu'i y a parsonne (alle est jamais là quand in a beson d'elle, qui s' magon.ne) ... bon, bin, ech va arringeai.ye cho mi-même.

I s'in va ind'zous d'ech carriot et i s' ramène aveuc eune boête ed graisse aveuc in bout ed loque, tout près d'ech garde. I Ii dégache s' quéville et i l'imbarnèque ed graisse; i s' met à l' frottouille, l' massai.ye pindant chinq minutes et i fait des croux aveuc s' mon.ye pad'ssus s' quéville, in faijant enn' prière ... Et pis adonc, ech' garde i s'a levaï.ye :

         - « Ech sins pus rin, ech vous armercie, mossieur Firméin ... Os voulez pont m'armenai.ye tout près ed vous camp ed maïs. Ech sus sûr qui a des braconniers ! 
           - «Dins ech coin là ? qui s' dit Firméin. A part Dodolphe cul d' mouck, i n'a pus ... Ch' est pont après des braconniers qui veut cacher, ch' est...
»

Roland DUSSAUSSOY

Nou Firméin, i n'in saouait pus quouèïe, à forche ! Et tout chèowe, qu'i s' dit, si qu' j'aouais pont mingéïe sin bouillon d' glaine aussi crèowe ... à m' fan.me. Faut toudis qu'aIle cungiche des glaines plon.nes èd' gras, à vous faire aller à la va-vite in.ne demi-heure après minger, comme quand on bouait du chite tout jusse fait. ..

Enfm.ye, cha n' faijouait pont l'affaire èd' nou Firméin qui s' demandouait (in li-même, bién sûr!) qui qu' ch' est qui ·aouait pu poser ch' fameux lâche, et in plusse dins sin prope é-camp d' maïs!

Bon, armétons tout in plache, qu'i s' dit. Ch' garde fédaral, ch' est réglïe ! Ches amourèwes, ch' est réglèïe ! Dodolphe, i étouait lèowe, on n' sait pont queuméint, mais surtout, ch'étouait pour chelle fan.me, èch' l'amoureusse, alors que l'aute «mon con », i portouait ch' yèfe dins s' musette plon.ne à mutte !»

Alors ??? Faut dire qu'on étouait in octope ; eh'étouait l'automne; èl' rintrèïe des classes aveuc ches jon.nes qui z' apprénouatent à braconnoïe et pis ches romanichelles (ches baraquin.yes, si qu'os préférez!) bién qu' ches romanicheIles is cachouatent é-putôt des glaines et pis des porque-épics dins ches haïures dins ch' villache ...

Et nou Firméin, i s' grattouait s' tête à s' in faire coluler sin sang ...

- «Mais, vingt Diux ! qu'i pinse (toudis in li-même !), j'èn' n'y aouais pont pinsèïe à ch' ti-lale ... »

Geneviève DELEZOIDE

Queumint qu'eje voye m' dépêtrer pour n'in finir aveuque ech-t' histoire-la ? qui dit Firméin.

Pus d' lièfe, pus d' maïs, et Bijou ? et min carriot ? et min patalon qui tombe à bas d' min cu ... et v'la ti pont qui intind sonneuwe chelle cloque...

           Merde, ch'est l' tocsin! I y  a l' fu quique part ... Pin-pon, Pin-pan, v'la  ches pompiers, Bin, ch' est quoere miu cha ... ravise mé in peuwe chel feumeye noère à mon Dodor !

Ch'arest s' fm.me qu'alle a oubliyaie s' graisse à frites sus ch' fu et combien veux tu parier qu' ché ch' lièfe ed min maïs qui grile pace qu'alle a pétête pont fait attention à sin burre ...

V'la l' résultat : ch'est li, Dodolphe, èch' braconier ! Bin, i va ête arrousaye, cha li fra pont d' ma d'ête récuraye in peuwe ...

Et mi, j' min vaye dire à l' mienne ed finme qué j' aye du donneuwe in coup d' main.ye à ches pompiers, ch'est pour cha qu' ej sus artard ... Alle va tellemint ête inforchaye à m' demandeuwe quoye et qu'èche qu'alle va minme pont s'aperchevoère èque Bijou i est arvénu avant mi et qu'i attind sin picotan.ye...

Tout est bin qui finit bin ....

FIN

 

Repost 0
Published by Harchelles - dans Travail d'équipe
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Harchelles
  • : Blog consacré au patois (picard) de la région Nord Pas de Calais, et à l'association Les Harchelles
  • Contact

Recherche

Liens