Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 janvier 2011 3 05 /01 /janvier /2011 10:11

 

L'Harchelloise...

 

Cha s' cante sus l'air d'èl' canchon à Rika Zaraï : Sans chemise, sans pantalon.

 

Ches paroles is ont été écrites par Geneviève Delezoîde et Jean Dereudre ; Roland Dussaussoy i o apportèïe queuques pitites correctièonwes et queuques commentaires....

 

I.

Ch'est pont toudis facile à lire,

Et cha n'est pont miux pour l'écrire,

Ech' Picard-ard, nou Patouos,

Mais quand on sait bién èl' comprinde,

Ch'est bién agréabe à intinde,

Ech' Picard-ard, nou Patouos.

 

Refrain

Vénez aveuc nous bardouiller,

In Patouos à ches Harchelles,

Ech' darnier judi du moués,

A Longuenesse dù qu'on s'arvouait.

 

II.

In.ne Harchelle ch'est quique foués in fouet,

Ch'est oussi in.ne fin.me élancée,

In Picard-ard, in Patoués,

Et si os volez n'in trouver,

Os n'avez pont long à aller :

Dins ch' marais, èd' Clairmarais.

 

III.

Ch'étot l' parler èd' nous aïux,

On n' voudrot pont qu'i seuche pardu,

Ech' Picard-ard, nou Patouos,

Nous, on l'a toudis intindu,

Ed'pis qu'au mon.ne in est vénus,

Ech' Picard-ard, nou Patouos.

 

IV.

On n'èl' parle pont tartous parèle,

Mais on s'artreuve sus l'essentiel,

Ech' Picard-ard, nou Patouos,

D'èch'ti Mousseron ou Desrousseaux,

D'autes patouésants ont arprind l' flambeau,

D'éch' Picard-ard, nou Patouos,

 

V.

On faira tout pour l' conserver,

Pour, à nous éfants, èl' passer,

Ech' Picard-ard, nou Patouos,

Même si d'aucuns pont trop honnêtes,

Ont arfusé d' l'arconnaîte,

Ech' Picard-ard, nou Patouos.

 

Commentaires :

Dans le refrain, on parle encore des réunions le jeudi de chaque mois à Longuenesse ; où sont ces belles années ?

Dans le second couplet : Il est évident qu'on ne doit pas trouver de femmes élancées dans la forêt de Clairmarais mais des Harchelles (sorte d'osier de couleur orangée) qui pouvaient servir de fouet.

Dans le quatrième couplet, on cite Mousseron (poètre patoisant  père de Cafougnette) et Desrousseaux (créateur en autre du P'tit Quinquin).

Dans le dernier couplet, merci aux auteurs d'avoir parlé de ceux qui dirigent politiquement notre région et qui n'ont jamais fait grand chose pour la sauvegarde de notre patrimoine linguistique.

 

 

 

Repost 0
Published by Harchelles - dans Canchons patouésantes
commenter cet article
29 mars 2009 7 29 /03 /mars /2009 11:20

Le P'tit Quinquin... ou "L' canchon dormoire"...

Connue dans toute la région Nord de la France comme étant devenu l'hymne régional des habitants du Pas-de-Calais et du Nord, habitants qu'on appelle "vulgairement" des "ch'timi" ou même (berk !) des "ch'ti", cette chanson a été écrite en 1853 par Alexandre Desrousseaux (1820-1892), chansonnier lillois.




En voici les paroles :

Dors, min p’tit quinquin,
Min p’tit pouchin
Min gros rojin
Te m’fras du chagrin,
Si te dors point jusqu’à demain

I.
Ainsi, l’aut’jour, eun’ pauv’ dintellière,
In amiclotant sin p’tit garchon,
Qui d’puis tros quarts d’heure, n’faijot braire,
Tachot d’ l’indormir par eun’ canchon,
Ell’ li dijot : Min Narcisse,
D’main t’aras du pain n’épice,
Du chuc à gogo,
Si t’es sache, et qu’te fais dodo,

II.
Et si te m’laich’ faire eun’ bonn’ semaine,
J’irai dégager tin biau sarrau,
Tin patalon de drap, tin giliet d’laine,
Comme un p,tit milord te s’ras farrau,
J’ tacatrai, l’jour de l’ducasse,
Un porichinell’ cocasse,
Un turlututu,
Pour juer l’air du Capiau pointu.

III.
Nous irons dins l’cour Jeannette-à-Vaques,
Vir’ les marionnet’s, comme te riras,
Quand t’intindras dire : Un doup’ pou’ Jacques,
Pa’ l’ porichinell’ qui parl’ magas.
Te li mettras dins menotte,
Au lieu d’ doupe, un rond d’ carotte,
I’ t’ dira : Merci.
Pins’ comm’ nous arons du plaisir.


IV.
Et si par hasard sin maite s’fache,
Ch’est alors Narciss’ que nous rirons,
Sans n’n avoir invi’ j’prindrai m’n air mache,
J’ li dirai sin nom et ses surnoms,
J’li dirai des faribolles,
I m’in répondra des drôles,
Infin, un chacun,
Verra deux pestac’ au lieu d’un.

V.
Allons serr’ tes yeux, dors min bonhomme,
J’vas dire eun’ prière à P’tit-Jésus,
Pour qui vienne ichi, pindant tin somme,
T’ fair’ rêver qu’ j’ai les mains plein’s d’écus.
Pour qui t’apporte eun’ coquille,
Avec du chirop qui guille,
Tout l’ long d’ tin minton,
Te pourléqu’ras tros heur’s de long.

VI. 
L' mos qui vient, d’ Saint-Nicolas, ch’est fiête,
Pour sûr, au soir, i viendra t’trouver,
I t’fra un sermon, et t’ laich’ra mette,
In d’zous du ballot, un grand painnier.
I l’ rimplira, si t’es sache,
D’ séquois qui t’ rindrons bénache,
Sans cha sin baudet,
T’invoira un grand martinet.

VII.
Ni les marionnett’s, ni l’ pain n’ épice,
N’ont produit d’effet. Mais l’ martinet
A vit’ rappajé l’ petit Narcisse,
Qui craignot d’ vir arriver l’baudet.
Il a dit s’canchon-dormoire,
S’ mèr’ l’a mis dins s’n ochenoire,
A r’pris sin coussin,
Et répété vingt fos che r’frain.


On peut, au sujet de cette chanson, acquérir le livre de Guy DUBOIS "Le P'tit Quinquin pour bien comprinte l' canchon dormoire", chez Guy DUBOIS, 4, rue des Poteaux, 62138 HAISNES - haisnes@wanadoo.fr
7,00 € l'exemplaire franco de port.

numerisation0030.jpg
                                                                               Alexandre Desrousseaux

 

 Ci-après, extrait d'un article paru dans l'excellente revue "Pays du Nord" :

 

numérisation0031-copie-2

Repost 0
Published by Harchelles - dans Canchons patouésantes
commenter cet article
7 mars 2009 6 07 /03 /mars /2009 18:39
V'lo ichi les paroles d'in.ne canchon qui, s'lon Geneviève Delezoïde, s'appelle "Min baudet" (1) et qu'alle cante toudis :

Les paroles sont de Jules WATTEUW et la musique d'Alexandre DESROUSSEAUX;

On vouait ichi, Gen'vièfe qu'alle cante "Min baudet"....


Min baudet

A chaque matin, tous les jours in s'apprête
Pour s'in aller vinde des légumes à deux
Mi, min baudet bin att'lé à s' carette

Os s'in allons, l' coeur contint, fin he~ureux
In va vir ès' clientèle

Pour gagner quiques tiots profits
Pindant qu'èm'n'homme in ronfèle
Com.me in gros vieau dins sin lit.

Refrain

J' sus dégoûtée d' Jérôme (ou d'èm'n'homme)

J' dis min coeur comme il est
J' peux pus sintir èm'n'homme
J'aime bin miux min baudet

J' sus dégoûtée d' Jérôme (ou d'èm'n'homme)
J' dis min coeur comme il est

Ah! Qu'èj' voudros qu'èm'n'homme
I arsan.ne à min baudet.

II

A chaque arpas, mon Diu, qu'j'èm' fais d'èl' bile

Ch' est pont bin cuit, ou bin cha sint l' brûlé
J' n'ai jamais vu in homme si difficile

J'a mis trop d' poife ou bin ch' est trop salé
Jamais min baudet n' berton.ne

Quand qu'èj' li donne sin dîner

I minge tout ché qu'èj' li donne

I n' cache pont à m'énerver (au refrain)


III

Em'n'homme i va tous les jours d'èl' semaine

Boire des grands verres, des chopes d' tous les côtés

Et les diminches au liu d' rester à l' masonne

On peut l' trouver in gaie société
El' diminche dins m' n'écurie
V'nez, os verrez min baudet
Ch'est li qui m' tient compagnie

I n' va pont au cabaret (au refrain)

 

IV

V'la c' qu'èj' dis in matin à m' pauve mère
Et à s' voisine, j' contos cha tout brayant

J' vous dis tout cha pour soulager m' misère

Ch' est pourtant li èl' père èd mes éfants
Ed'pis qu'èj' sus in ménache

J'aye du chagrin tous les jours
Heureus'mint qu' j'ai pour partage

Min baudet et ses amours (au refrain)
 

(1) Ichi, au-d'sus, ch'est les paroles comme alle cante Geneviève. Mais, in réalitèïe, les vraies paroles ch'est chelles qu'os allez trouver ichi après, et ch' titre ch'est "L' baudet de l' femme Jérôme" :

I. Timpe au matin, tous les jours in s'apprête,
A s'in aller, vint' des lédjum' à deux.
Tchan qu' min baudet y-est att'lé à s' carette
Nous s'in d'allons, l' tchoeur contint, fin hureux.
In va vir tout l' clientèle,
Pour gagni sin p'tit profit,
Pindant que m'n' homme y ronfelle
Ben rétindu vin sin lit.

Refrain :
J' sus dégoûtée d' Jérôme,
J' dis min tchoeur comme y n'd'est,
J' peux pus sintire m'n'homme
J'aim' mi min p'tit baudet.

II. Jérôm' y va tous les jours de l' semaine,
Boir' des grands verr', des chopes d' tous côtés,
Et les dimanch' y va courir berdaine
Y est tout partou in joïeuss" sociétés.
Les dimanches, vin s'n' étchurie
V'nez, vous verrez min baudet.
Ch'est li qui m' tint copagnie,
N' va jamais au cabaret. (au refrain)

III. A chaq' erpas, mon Di, qu' je m' fais de l' bile
J'ai mis trop d' poiff' ou ben y-est trop salé.
Je n' connos po in homm' pus difficile ;
Cha n'est po tchu ou ben cha sint l' brûlé.
Jamais min baudet n' bertonne,
D' chin que j' fais pour sin dîner,
Y est contint d' chin qu'in li donne
N' samus' po à m' chagriner. (au refrain)

IV. L' pus malhureux, chin qui est triste à dire,
Ch'est qu' min Jérôm' tchan qui a bu in tarin,
Y est fin méchant, lève sin peung comm' pou rire
Y a déjà tapé, j'ai sintu s' lourde main.
Tout d' pus qu'in est in ménache
J'ai ben ressuyé mes is,
Min baudet, gramint pus sache,
N' m'a jomais donné d' coeup d' pids. (au refrain)

V. Ainsi parlot, in soir, inne boinn' ma mère,
Rincontant l' cont' à s' vijinn', tout brayant :
J' vous dis tout cha pou soulagi m' misère,
Ch'est toudis m'n' homm', ch'est l' mon père de m'n' afant.
Inveuc li j'ai fait mariache,
Mais chin que j' répète toudis,
Ch'est hureux qu' jai pou partache,
Min baudet... et souvint j' dis :

Refrain
Mais que j' voros Jérôme
J' dis min tchoeur comme y n'd'est,
Mais que j' voros que m'n'homme
Ersonn'rot min baudet.



 

Repost 0
Published by Harchelles - dans Canchons patouésantes
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Harchelles
  • : Blog consacré au patois (picard) de la région Nord Pas de Calais, et à l'association Les Harchelles
  • Contact

Recherche

Liens