Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 avril 2009 4 09 /04 /avril /2009 17:55
L' guerre trente-neuf/quarante-chinque :

Os vous présentons ichi in traval d'équipe sus l' guerre 39/45 :

                        par Georges GOBLET

1938-1939 : On quéminche vraimint à parlou-ye d'in.ne nouvelle guerre. Et l' premi-i septempe 39, ech' garte Gustafe i viint avec sin velouwe pour collou.ye in.ne affiche ed' mobilisation générale. On n'n'arvénout pont. A pis el' lind'mon.ye, ches hon.mes is partent déjo. Gramint, ch'est pour el chint-dix (ll0e R.I.) à Dunkerque.

Octope-novempe 39 : Des soldats français du midi is arriftent dins nou villache. Is tomp'tent biin. Ech' l'hiver 39/40 i est long, i est froud. El' neiche, alle resse pus d'un mous. Tout ch' qui faut pour lu donnou.ye el' moral.

Et du moral, in'n'a pont gramint. On crout qu'el guerre, alle vo pont s' faire. On espère el' démobilisation, qui n' viint pont.

Api, el' mous d' mai 40, i arrife ches Anglais ; is ont rimplaché ches Français.

Ches Boches, is arriftent. On crout toudis qu' cha va ête comme in 14 et qu'on vaincra pace qu'on est ches pus forts.

23 mai 40 : Ches ponts sus ch' canal is sautent. On s' saufe à deux kilomètes ed' nou mason, avec nous bagaches, avec trous paires ed' bottines pour chaque. Manque ed' chance, à quatre heures, min frère i veut archiner : on a oubli.i ech' sac avec ech' mingi. On arparte à nou mason, et on s' fait printe par ches Allemands (Tout d'in coup, ch' étout devenu des "Allemands"). On s' met à braire.

I n'n'a in qui dit: "N' brayez pont madame, on va pont vous faire ed' mau ! "
I n'n'a in aute qui dit: "Is braitent pace qu 'is sont avec ches Boches!"

On arnife in coup. De l' tenue, quoi.ye !

Bin, après, on a du faire aveuc. On a d'abord vu des avions allemands, a pis des Inglais, a pis, in plus, des Américains. Is ont bombardé.ye, presque toudis à coté.ye. Mais i avout tellemint d' bompes qu'il n'n'avout quiquefous une qui quéyout d' sus.

On a mingi gramint d' patates al' plure. Quiquefous avec in sauret, ou biin avec du burrre ed' ravitallemint, qui avout autant d' sel que d' burre. Pont mingeape !

Pus d' quatre ans qu' cha a duré.ye. Cha a toudis resté.ye des Boches; on les aimout pont ; eusses, non pus.

On est arrivé.ye in septempe 44 et cha a été.ye el' libération par ches Polonais.

I y a eu des résistants tué.yes, des jon.nes ed' vingt/trente ans. Et pis in civil tué.ye, et in bléchi grafe. Ches Boches is ont fait comme nous autes en quarante ; ch' est pont biauwe in.ne armée qui perd.

Après, on a cru qu'on allout avouère ed' toute in étant libéré.ye, mais cha n'a pont été.ye miux. Cha a core duré.ye plusieurs anné.yes. Ches prisonni.is is sont arvénus in quarante-chinque, après la paix.

Et l' vie alle a arprint. Mais ch' est pont chelle guerre-lo qui nous a rindus bénaches.


par Jean DEREUDRE

Rindez vous compte ! In souéssante diche ans, i  y a ieuwe tros guerres intre ches allemands et nous autes !

D'abord, ch'est Napoléon Troué qui a déclareye la guerre à la Prusse, sans es douteu des conséquinces. Déclarer la guerre pour esse laichie invahir, avouez eq ch'est peuw ordinaire, cha ramène des misères comme el chiège ed Paris quand eq ses habitants ont du es nourrir aveuque ches rats après avouire mingie ches cats, pour abandonneu l'Alsache-Lorraine à nous ennemis et lu varser eine grosse contribution. Etonnez vous pont, après cha, eq Napoléon a étaye obligie ed faire ses valises.

Ch'est in aute impereur, Guillaume d'Allemagne, qui nous a déclaraye la guerre in mil neuf chint quatorze, sous prétexe qu'un ed ses cousan.ye avot étaye assassinaye. Ses troupes esse sont impresseyes ed nou invahir, in passant par la Belgique pour allou pus vite tout in espérant arriver à Paris dins les quinze jours. Et nous soldats, ed'pis qu'in pinsot ed prinde es'n' arvinche delle défaite d'avant, et aussi récupérer l'Alsache-Lorraine, sont partis fleur au fusil direction Berlin. Les pôvres, y sont pont allaye louin aveuque lus patalons rouches et des généraux in artard d'enne guerre !

Comme ches jones Inglais, s'ingageant in masse, n'ayant jamais ténu in fusil, profitant ed l' occase et de l' belle saison pour vénir faire ein tour sur ech continent, sûrs d' éte rintraye à mason pour Christmas. Pour gramin d' intr' euw, cha étaye eine balade sans artour, restaye à jamais dins ches chimetières si bin interténus et si nombreux dins nos cuins. Et la guerre, on saye quand cha comminche, on crot eq cha va pont durer et là, cha s'est pronlogie pindant plus ed quatre ans et pour avouir loupaye la paix, cha arcomminchie vingt ans après ; on avot tout juste fini d'arléver nous ruines.

Eine espèce d' exaltaye prénomaye Adolph étot arrivaye in s'imposant pour dirigie l'Allemangne, voulant s' arvingie de l' défaite d'avant et arclamant ed l' espache vital pour sin peupe ! Y a comminchie in mil neuf chint trente huit à prinde l'Autriche et la Tchécoslovaquie. Cha, on l' avot laichie faire in li donnant presque raison mais pourquou.o s'arrêter in si bon quemint ? L'annaye d'après i a attaquie la Pologne. Là, in a régi et aveuque ches Inglais, in a déclaré la guerre. Ch'étot pour vénir au s'cours des Polonais mais lu affaire a étaye réglaye in quiques séman.nes, d'autant eq ches Russes sont arrivaye pour avouir lu part. 0s avons pont bougeai eine patte pindant ch' temps-là et sommes restaye bin tranquille derrire el ligne Maginot qui n' étot même pont finie. I parait qu'in alloue les avouir par el blocus et nos gouvernants à forche ed nou répéter "Nous vaincrons parce que nous sommes les plus forts" nous donnètent el moral. Ch'est chéu qu'on a appelaye après "la drôle de guerre". Ch'étot vraimint bizarre ed vir tout ches régimints ed soldats désoeuvrayes, et y in avot des soldats dins nou cuin. Nous autes, étions gamins, os étions souvint à minger aveuque eusse à ches cuisines roulantes. Je m' souviens aussi qu'on nous a fait ramasser deI ferrale pour soé disant "forger l'acier victorieux" ; j' vous laich'rai edviner ché qui in est résultaïe !

Ches allemands n'étotent pont restaye à rin pindant tout ch' temps là. Is ont profitaye qu'in les laichot tranquilles pour invahir el Danemark et pis el Norvège. El drôle ed guerre, cha duraye huit mouos jusqu'au grand coup ed tonnerre du diche mai quarante. Os étèmes à l'école, y avot quicosse ed cangie par rapport à l'habitutde. Des passages d'avions, des coups ed canon, ein armue-ménage pont ordinaire. Et on a apprin que les allemands étotent rintrés in Belgique, in Hollande et au Luxembourg, faijant un biew pied ed nez à la ligne Maginot qui nous avout coutaye si cher ! Tous ches troupes qui avotent passaye l'hiver dins nous pays sont partis in vitesse à l' rincontre ed l'enn-mi ; on n' les a pus arvus.

Par contre, ché qu'in a vu arriver, ch' est eine cohorte interminabe ed réfugies belges. Les premiers in auto, aveuque des matlas au dessus, les autes après à vélo aveuque des baluchons, des carettes à qwau et pis des gins à pi.ie aveuque des brouettes ou des voétures d'éfants. Is allotent tout drew d'vant euw, sans but si cha n'est que prinde el plus grande distance su lus poursuivants. Pour mette plus ed pagaille, ches avions allemands bombardotent et mitraillotent ches malhéreuw, comme à l'Hautmont à Moulle (1), au café Rabot, les grands parints ed Marie-Rose (2) ; is pouvottent faire lu sale boulot in toute impunitaye, ches avions français avotent étaye détruits au sol ou bien abattus.

A l' ferme ed mes parints, i y avot des dizan.nes ed refugi.e qui logotent dins ches hangars et ches granges. ln étot pu maite à nou mason. On veyot des soldats belges sans armes, des soldats français qui avottent pardu lus unitayes, tout cha eine quinzan.ne ed jours après el début de ch' l'offensife. In matan.ye, on veyot delle feumaye monteu vers Bleue Maison (3) et Watten (4) ; des allemands étotent sus l'Aa (5) et comme y avot delle résistance, is mettotent el fu à ches masons ; ed cha, Odette (6) étot aux premires loges.

El' lindmain matin ed fort bonne heure, el rével a étaye brutal. Des soldats allemands plein nou cour qui installotent des pièces d'artil-rie. D'autes nous faisottent tirer des sionnées d'iau à ch' puche pour es laveu. In officier s'est mis à tirer su ches glennes au révolver. Ch'étot des solides gaillards, pour preuve ch'étot la division SS Adolph Hitler, èl fine fleur ed l'armée. Ches réfugies sont disparus et l'artil-rie a comminché es n'ouvrache. Pédant troe jours, y ont tiré plusieurs salves. On s'attendot toudis à la riposte ; dins l' nuit, on étot prêt à foute le camp in cas d' coup dur, on avot qu'a attleu el bidet dins chelle carette mais les choses in sont restayes ed là et in lundi matan.ye les artilleurs ont levé el camp in direction ed Dunkerque. Su lus positions, y avot ein tas ed boutelles vides et toutes choses qu'is avottent volaye din les masons de ch' villache, car on l'a su après, gramin ed parsonnes étotent évacuées. Ch'étot pon étonnant qu'on intindot ches vaques beuler pache qui n'étotent pont moue.

El' lindmain, in couvouo ed prisonniers français a passaye el nuit dins ch' l'église.

Parmi iew, y avot ein habitant du vu villache. Y a demandaie l'autorisation d'alleu à s' mason, cha li a évitaye d'alleu in Allemagne. D' autes n' avotent pont eu la même chance, comme ches onze soldats français massacrés à l' Briqueterie de Houlle (7).

El long ed ches routes, des autos abandonnayes, faute d'essence et d'autes laichies là par ches Inglais. Les dernies jours ed maye, ch' étot el batalle ed Dunkerque. I y avo eine traînée ed feumée occasionnaye par ches incendies et ech brouillard arrtifichiel émis par ches batieuw inglais.

Juin a étaye calme pour nous autes ; la guerre continuot et ches Italiens nous ont déclaré la guerre juste avant qu'on démande l'armistice ! Is risquètent pont grand cose, ch'est ce qu'on a appellé ein coup ed poignard dins l' dos.

Début juillet, ches allemands ont améneye des rinforts pour préparer l'invasion ed l'Angleterre. D'après ieuw, cha n'étot qu'eine simpe formalitaye :  le canal, comme is dijotent, enne faijant qu'eine paire ed kilomètres ed barque. Mais avant toute, y fallot bombarder l'Angleterre ; et là, in n'a vu des avions partir des invirons. Mais pus cha allot, moins qu'i n'n'arvénot, surtout in septembre et là, on a bin comprin qu'l'invasion ed l'Angleterre n'étot pus d'actualitèïe.

Et la vie a continué, cahin-caha, aveuque des réquisitions, ches qwaus par eximpe, et des restrictions. Ches avions inglais vénotent bombardeu par nuit. Y avot ed timps in temps des combats aériens. L'intérêt s'est portaye à partir ed juin quarante et un in Russie où l'armée allemande dévorout des kilomètes in direction ed Moscou. L'imbêtant ch'est que l' conquête n'étot pont finie avant l'hiver et cha étaye un gros "couac" pou ches assaillants. ln plusse is devottent es batte in Afrique. La dessus, ches Américains sont intrés in guerre et in a comminché à vir passeu ches forteresses volantes.

Dins l'armée d' occupation, les biew garchons ed quarante étotent rimplachés par des bancales, des tordus, des boéteux, des vius et des gaman.ies.

Et pus tard, in a vu eine armée allemande méconaissable arculer après el batalle ed Normandie, à pieds, à qwau, à vélo ... Et chelle fouos icihi, la guerre alle s' poursuivot sus lu territoire ... Ch'étot bin lu tour !

(1) Hautmont, lieudit du village de Moulle (Pas-de-Calais).
(2) Marie-Rose DU SAUTOIR, membre des Harchelles.

(3) Bleue Maison, lieudit du village d'Eperlecques (Pas-de-Calais).
(4) Watten, commune du Nord.

(5) Aa : fleuve traversant la région de St-Omer/Watten.
(6) Odette DEREUDRE, membre des Harchelles.

(7) Houlle, village du Pas-de-Calais; un monument rappelle ce massacre ..

                      par Jacques T AFFIN

L' 3 septembre 1939, ène grande affiche collée d'sus l' porte delle mairie :
"Déclaration de guerre à l'Allemagne".

Ches hommes valides âgés de 21 à 48 ans, fascicules I, II, III, is doitent arjoindre immédiatemint leur corps d'affectation à la gare inscrite sus l' dos, après embrassades et pleurs d' femmes et éfants. "N' brayez pont comme cha, dins in mos os arvénons ! Ches boches is vont être vite torqués !" Ouais, i fallot attinde chinque ans pour arvénir. ..

Quinze jours après ch'étot l'arrivée d'eune compagnie du 18e dragons à bidets, cantonnements dins ches gringes, des projecteurs inglais et batterie de D.C.A. Après cha été le 95ème d'Infanterie rimplaché par le 9ème Escadron du Train.

L' 10 mai 1940, ches boches attaquent in Belgique ; l' 23, ches boches étotent dins nous villache : des S.S. habillés in noir aveuque pus d' deux chint tanks énormes. A veuque mes parints et des voisins, on s' étot mis à l'abri dins l' cave. Des réfugiés belges étotent coincés dins ch' bal. Après, cha été ches restrictions: tickets d' ravitallement d' pain. Tout l' monde i élevot des glaines, des lapins, in pourcho ; pis ch' marché noir : ché mariniers, lu batiau rimpli d' tissus, de bottines, du sel ; on faijot du troc. Pus d' gas-oil pour ch' tracteur (min père faijot tourner l' batteuse aveuque eine locomobile) ; pus d' fils de fer, in artindot ché viux ; pus d' toubac : deux paquets d' gris de 40 grammes ou quate paquets de gauloises. J'allos au collège à Aire (1) avec des tuyaux d'arrosage comme inv'loppes.

           Min père plantot du toubac d' pays, eme mère faijot griller de l'orge et des pous bleus in guise d' café. ln allot à ch' moulin d' Wittes (2) par nuit pour équanjer du blaïe pour d'elle farine blanque. On n'a pont été malheureux au villache, y avot pire que nous autes.

A dix heures du soir, fallot être rintrés à s' mason : couvre feu! Gare à ch'ti qui n'avot pont bien camouflé ses farnettes. Pis cha été ches inglais qui bombardètent ches rampes de V.1, pis ch' bombardemint du village : ène bombe in plein d' chus ch'l'église ; des avions, aussi bin des inglais, d' z' américains, des boches, is étotent abattus. Des jon.nes réquisionnayes pour le S.T.O. s' camouflettent dins des fermes artirées. Après cha, ch'est ches résistants : six ont été fusillés l' velle que ches polonais et canadiens, l' 6 septembre 1940, os étament libérés.

Que joie! Min père i a jué d' l'accordéon deux jours d' long. Et pis ches prison­niers sont arvénus . Les malheureux, is avotent tiré chinq ans, eusses qui pinsottent ête partis pour in mos. Cha été l'heure des réglemints de compte : des femmes qui avotent fait la vie avec ches boches, is ont u lus caveux copés d'su plache.

Tout l' monde étot plein d'espoir : tros semaines après in arféjot ducasse !

1) Aire sur la Lys (pas-de-Calais).

2) Wittes: village du Pas-de-Calais, près d'Aire.

                        par Gabriel DEUWEL

La guerre 39-45, aïe, aïe, aïe! Que j'emm' rappelle ...

Cha comminchaye in 38 ; déjà, des réservistes avéttent étayes rappellayes, et y a euye les accords ed Munich aveuc Daladier, Roosevelt, Churchill et Hittler ! Is ont fait in simblant d'arringemint. L'annaye d'après cha étayes pour du vraye.

Comme in 38, in a mis des affiches su ches murs et ches hommes qui avéttent l' numéro 6 su lu fascicule, is devettent lu rinde à telle ou telle plache. Et in peu pus tard, i y a euye d'autes affiches ... et 10, ch' étout la mobilisation générale.

Ech' voyes incore m' mère assise su eine marche d'escalier qui brayout et aussi min père aveuc s' musette su sin dos qui partout pour la guerre. "N' brait pont, qui disout à m' mère, dins huit jours, in est arvénus comme l'annaye passaye !"

Huit jours ? Hum, cha durayes chinq ans pour grammint. Min père, y a étayes in an parti ; li, i a euye d'elle chance, quand ches allemands is sont arrivayes, i s'a artrouvaye in France libe et i est arvénu à s' mason tandis que les auttes is ont étayes prisonnier et qui ont travaillayes pindant chinq ans pour rin, la-bas in Allemanne !

J'emm' rappelle, i est arvénu in soère d'orache ; in étout à mon d'èch voisin, pache qu'emm' mère all' avout peur d'l' orache ; ech' père, i a vu delle lumière et i a buquaye su chelle battante. Cha étaye queu joie ! Inn' paire d'heures pus tard, in étout couchayes et in intind tappaye su ch carreau et inn' voix qui dit : "Euve, chéri, ch 'est mi !''' Ch' étout in viux voisin qui avout seu qu'èch' père y étout arvénu et i voulout rire in peu ; j 'intindous min père et m' mère qui riéttent.

Edpis in an que chelle guerre, alle étout comminchaye, ches allemands is ététtent la ... in les voyout din ches pâtures faire des manoeuves et is logettent dins nous masons. Avant eusses ? I y avout ches soldats français ; ch' étout l' 18ème régimint ed cavalerie et bin, ches hommes is dormettent aveuque lus bidets dins ches étabes. Comme matelas, ch' étout delle palle ! Ch'étout l'hiver, in hiver fort dur ; ches routes, ch'étout des vrayes griolloires ; y avout des mouvemints ed troupe et in voyout des camions dins ches fossayes.

Avant l'invasion, in avout vu passouille des millies ed gins, gramint ed Beiches aveuc lus baluchons, et l'chinquième colonne. Alle passout tranquillemint mélangeaye dins tous ches gins qui savétent pont édu qu'is allétent... et quinze jours pus tard, is arpassétent mais i  n'a qui n'ont pont arpassaye, morts dins in bombardement ou mitraillage, etc...                                                                                     

J'emm' rappelle quand ches allemands is arrivéttent, in intindout ches canons ed plus in pus fort ; is approchéttent. M' mère a m'avout invoyaye quère du pon-ye à ch' villache, et quand j'arviens à l' masona veuc min pon-ye, pus parsonne. Tout l' famile alle étout partie sans m' dire édù, et mi j'étous là tout seu, aveuc ches allemands à min cul. Bin vite, ech les a rattrappaye et in n'a passaye deux jours dins ches rues et in a dormi deux nuits dins chelle palle dins in grand berck et dins èn' grinche. ln intindout ches obus passouille par dessus nous têtes et i y a toudis des morts par-chi, par-lo, et cha n' faijout que comminchaye.

Pendant l'occupation, nous auttes, in n'a pon euwe misére ; au villache, on s' débraIe toudis ; dins ches camps y avout ed quoiye à mingeaye, mais cha vient pont tout seu : in glennout et on allot cachy après des pomméterres après ech 1'hersage. L' pire, ch'étout ches femmes ed prisonniers; ch'étout long pour eusses, mais lus hommes ? Chinq ans in allemanne, travaillant pour rin et infermayes din des camps de concentration ; ches malheureux is rintrettent mais is sortéttent pu, même pon dins èn' planque, jusse in peuwe ed fumaye.

Dins nou cuin, l' secteur i étout calme ; ches allemands is nous laichettent tranquilles. Dins l' campagne, in voyout in tas ed gins qui vénettent des villes pour cachy in peu.eu ed' ravitaillemint. Et ech' marchaye noère i allout ed bon train.

J'a vu in habituaye qui n' faizout que cho !! Et bin li, i partout aveuc s' valise plonne ed burre ; i n'n'avout chinq kilos qu'il allout arvinde au prix fort. Mi j'a étaye à min tour ; j'a demandaye chi ech' pouvout pont avoère in bout ed bure, aveuc mes sous dins m' main ... et bin mi, j'a eu in quart ed bure: chint vingt chinq grammes .. Ché pont in gros morcheau ! Pindant qu'i n'n' a qui s' faizettent tuer pour la France, i n'n'a des autes qui profitètent ed la guerre pour s'inrichir : tout l' monde n'est pont patriote! 
         I y a bin la résistance qui faizout vir l' bout ed sin nez par chi par lo ; i y avout quique sabnotage. L' voie feraye ? alle sautout par chi par lo mais l' lindemain, ch'étout vite réparaye.
         Ed nous cotayes cha allout core ; y avout pont grammint ed résistant, mais ches allemands is réquisionnettent des viux comme garde-voie l' nuit. Ches viux la, cha les arringeout, is avettent pont d'artraite et ches allemands is payettent bin, aveuque lou monnaye ed singe, cha lou coutout rin ! Su la fin ed l'occupation j'a travaillaye pour ches allemands ; in plantout des piquets dins ches camps pour impéchaye ches planeurs d'atterrir ; cha payout bin et in archevout tous les jours au soère.

Quand ech vous disout, y avout la résistance su la fin ed l' occupation, ches allies is avettent débarquayes in Normandie. Din nou villache, la vie aIle continuout.. Ch'étout l' momint èd' batte ches pitits pouos. Et ches jones résistants ed nous villaches, is voulettent pont, pache qu'is avettent peur que ches allemands, is invoyettent ech gron.ye dins lou pays! Is avettent averti ech' patron que chi i mettout in route avant l' libération, qui méttrettent l' fu à sin matériel. Et bin, èch't' homme là, i a mis in route pache que ch' étout l' momint, et i a dormi dins s' batteuse pour miu surveillaye sin bien ! Ches jones résistants lo ? résistayes ... ch'étout tout in lou honneur ! Is voulettent pont laichaye sautaye eeh' pont qui est par edssus ech' canal... pourtant nou pont i a sautaye à l'invasion et i a arsautaye à l' libération, et i n'a quate-chinq ed nous jones qui sont fait tuaye pour rin ! et dire que chi j'aurous eue.eu trous-quate ans ed plus, j'aurous étaye aveuque eusses ... pont plus malin.ye que les autes ; in est tartoute parelle à ch't'âche la !

Quand ches inglais, ches canadiens, ches polonais is sont arrivayes, ch' est eusses qui nous ont libérayes ; l' nuit d'avant, in étout n' dizonne, des hommes in z'avons passayes nou nuit muchés dins in bo.we, oh, in étout bin muchy : in hectare qui faizout ; in voyout clair à travers. Pindant èch' temps la, ches femmes et ches ptits is éttettent tout seu !

Pour arvénir à nous libérateurs, i y avout pu ed pont et y fallout bin qui passent... pu ed pont... in pont ? deux heures après is avettent fait in pont et is passettent ed'sus. Alors là, la route qui passout edvant nou mason, qu'ech' qu'alle a prind ! I a passayes des camions ed toutes sortes, des tancks, des chenillettes, des jeeps, des motos, des autobus, ... et cha, pindant des jours et des jours et pindant plusieurs samonnes. Ches soldats lo, is campettent dins ches pâtures, l' long ed ches ayllures, in dezous ed ches abes, et nous autes, in allout les vir. Is nous donnettent des cigarettes américaines, des conserves, cha vénout ed lou ration. J'ai core étaye voler ches épis ed maïs que ches sinciers is plantettent pour donnouille à lou vaques ; alles étotent pont core sottes à ch' momint la ! Ches canadiens, is nous donnettent du café, du thé et des autes conserfes in écanche !

Pour nous autes, ch'étout fini... Pus ed batalles d'avions, pus ed D.C.A., pus lévayes ed nuit pour allouille dins ch l'abri au bout d'ech' gardin. Ech père, i avout fait in treu din l' terre et i aveut mis des ballots ed palle alintour et i avout mis incore trous-quate d'épais par edssus, et i fallout cruppaye lo enne-dins. Ch'est vraye que chelle dernière annaye ches aviateurs inglais, américains et les autes, is ont laichaye quère lous bombes in peuye n'importe édu. ln a vu des avions des deux cotayes quère, in a vu des parachutes in l' air, mais ch' est drôle, bin souvint, on les atrouvout pus à terre !


ln bieau jour, j 'étous aveuc min frère, in ramassout ed l' affouraye que j'avous coupaye, in avout core n' chinquantonne ed lapin.yes ; in a core euye des tickets de ravitalemint in bon momint et ch'est lo qu'in a vu in drôle d'avion ; i faisout in drôle ed bruit, ch'étout in de ches premiers avions sans pilote. In a seu.ye que cha s'appelout in "V.l" et ches allemands is invoyettent ches "V.l" querquys d'explosifs edssus Londres et ch'est tous ches rampes èd' lanchemints que nous alliés is vénettent bombardouille.

          Ech' va core vous dire : à l'invasion, à l' libération ? Ch'est impensabe tout che qu'in trouvout comme armes, munitions, nourritures, abandonnayes dins ches pâtures, ches étabes, ... In n' peut pont dire tous nous souvenirs ; in pourrout faire plusieurs lifes et même des gros lifes ... Et i y a toudis n' guerre quique-part ! Alorse, à quoi bon parlouille delle note ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Harchelles - dans Travail d'équipe
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Harchelles
  • : Blog consacré au patois (picard) de la région Nord Pas de Calais, et à l'association Les Harchelles
  • Contact

Recherche

Liens