Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mars 2009 1 23 /03 /mars /2009 15:56
             EL' VIE D' CHES G'VOS (travail d'équipe).

            Ch' gwo, ch 'est elle chelle bête principale d'el cinse. Es' cinsier, i
1'o pus quère qu'esse prope-é-mère. A Lares (Village de Laires dans le Pas-de-Calais) on dit in gvo, mais dins des autes villaches, on dit in gwa, in qva, in kvo, ln quéval. .. Cha n'a pont d'importance. Tout l'monde i s'comprind, ch'est l'essentiel.

           Aveuc in pèwe ed'moquerie, ech'mulet ch'étot « ech' mulet », ech'l'âne ch'étot il ech' bourrique». I n'n'avot pont gramint, ch' étot des gwos d'paufes et on avot moins d' respect pour eusses que pour chés « vrais » gvos.
           Plus ch'propriétaire ed'chés gwos i avot des sous et plus chés gwos is étètent grands, bièowes et jon.nes. 1 avot vraimint in:ne ressemblance intre chés géins et chés bêtes sauf pour l'âche pétète. Chés gwos ch' étot presque tous des Boulonnais, des Ardennais ou des Traits du Nord aveuc des pouèls in bas des pattes ed'darrière. El' forme ed' lus chabots alle étot pont toudis parelle. Ch'est pour cha qu'chés maréchas is avotent gramint d'fers dins lus forches !

            Lu pièowe, aIle étout blanque, rouche, grisse, quiquefoés nouère. Dins certains cuins, tous chés bidets, ch'étot quasimint des gros boulonnais blancs, min. me equ'pour travailler dins chés camps ch'a n'est pont in.ne couleur fort pratique qu'alle ramasse gramint d'bidoule et tout challe poussière itou.

            Dins nou région, ch'étot des pitites et des moyin.nes-é-fermes ed'vingt à chint mésures à peu près. ln.ne mésure ch' étout trente chinq ares quarante six centiares (Là aussi, cha dépindot des régions !) Ches fermes ed 'vingt/trente mésures, is avètent in gwo. Au-dessus, ch' étot souvint dèwee gwos. Des cinses à plus ed 'dèwe gwos, alles étotent-é rares. Souvint, i n'avot qu'in.ne dins ch 'villache et alle pouvot atteinde plus d'trous chints mésures.

           I a bién des noms pour chés gwas : Channante, Fillette, Luronne, Fauvette, Gamine, Julie, Félicie, Mignonne, BeIlotte, Finette pour des jumints et Major, Bijou, Cadet, Félix ,Gamin, Bayard, .... Et j'in passe pour chés marles. On n'n'a min. me connu in qu'on appélot Bistoulle. Sin patron, i avot dû vir cha à l'télé dins in feujlton ! 

          Chés marles is étotent sinsémint tous câtrèïes. Ch 'étot certainemint fait pa' ch' vétérinaire vu qui n' avot pont d' catrèuwes d' bidets mais jusse des catréuwes d 'pourchéowes. In  marle câtrèïe, ch'est in hongre.

           A l'âge ed' troués ans, chés jumints alles avotent in pouIin.ye tous l'z'ans. Quand qu'on voulot les faire pouliner, i fallot attinde qu'alles seuch'tent-té in caleur et faire vénir ech'l' étalonnier. Ch'l'étalonnier i faijot campane pour allèïe montouille chés jumints à quinze, vingt kilomètes à la ronde et i arpassot in.ne deuxi.in.me foés pour contrôlèïe et garantir. I dormot et i mingeot dins ches fermes. A quiques foés, i étot parti in moes sansarvénir à s'mason. I arrivot aveuc in biéôwe étalon qui avot des rubans pis core des cocardes dins s'crinière qu'alle étot toudis bién peignèïe et tout tressèïe, comme esse queue itou. Ch'étouait in évén'méint min.me que, quand qu'on étouait jon.ne on s'demindouait toudis .ch'est qu'cha peuillouait ète que ch'gwo-lo et quo qu'i venouait faire! Après que ch'étalonnier i avot fait sin traval (pont trop fatigant pour li !) i fallot attinde quique temps pour ête asseuré qu 'chelle jumint alle seuche-é-p-lin.ne,autermint, jusque là, on dijot qu'ch'étot in.ne JPP (néonwe, cha n'voulot pont dire Jean-Pierre PAPIN, mais « Jument Présumée Pleine»).

           Au momint d'ech poulinage, ech' carton i dormot à l'écurie à côtèïe d'el jumint aveuc in cordiôwe attaqué à sin peugnet et qui passot par-dessus d'ech travers pour aller s'inroulèïe autour d'el panche d'el jumint. Comme cha, i étot prév'nu quand qu'chelle jumint a s 'couchot pour lâcher sin pitit.(on érot quand-min. me pont attindu onze moés pour ràter ch'l'accouch'mint !)

          Quiques heures avant l'poulinage, chelle jumint alle attrape « les cires» (Ch'est des pitites boules ed'cire au bout d'chés trayons) . On savot alors que l' naissance, alle allot pu tarder. Ech cinsier i avot prins l' précaution d'ameuter sin voésinache ou s' famille pour avoèr ed'l'assistance pasque ch' poulinage i devot toudis ète fort rapide.

          Quand qui viént au monde, on l'appelle in poulin.ye. I marche tout seu, mais au début cha balle in pèwe ! (Enne parlons pont d'sin père qui passe in quéowe et qui n'arviént pour ainsi dire pus).

          Vers touès moués, on les sevrot car chés mères ratindotent-té- famile et devotent artravailler. Vers in an on lu coupot lu queue (Cha s'appélot s'faire écourteler) et chés marIes, on les catrot. Tout cha, cha s' passot souvint à l'forge de ch'marécha.

         A l'âge ed' dix-huit mouos, on les habituot à lu nouviéowe métier, solid'méint attaquéïe à côtéïe d' lu mère ou d'in.ne viel1e é'-bète calme et poséïe. On les faijot tourner à droète et à gauche pour les habituer au frott'mint d'cjes chin.nes de c'tracier. Cha s'passot souvéint pont trop mal. On étot quand min.me toudis à dèwe au cas où ..... pasque cha n'étot pont toudis simpe quand qu'i fallot les débourrer pour pouvoère les att'ler ! Afin.ye d'éviter ches accidints, on les ferrot jamais avant qui seuch'tent-é atte1èïe.

         El' log'mint d'chés gwa ch'est l'écurie et in.ne bon.ne écurie cha doèt ête bien sec et bien serrèïe. (El' plus souvint ech-t'écurie, lle'étot juse à côtéïe d'elle mason). Chaque gwa , i a s'n'implach'mint aveuc quiquefos in nom écrit su in.ne tite ardoèse et inter dèwe chaquet implach'mint, i a in bas-flanc in bas accrochéïe à in.ne chin.ne pour qui s'fach'tent-té pont mo in s'crinchant ou in bottant. Pas d'vant chés bidets, tout ch' mur i est occupéïe par ch'raté.ier (in hiéôwe) du qu'ch'est qu'on met chés bottes ed' pale ou d'foin et in d'sous, jusse à hauteur ed 'bouque, par chelle mingeoère pour mette ech'l'avon.ne et tout ché qui n'est pont in botte. ln d'sous de ch'l'auge (ou chelle mingeoère, ch'est parelle), i n'y a in anniéowe in fer et du qu' passe chelle longe, loïée d'in côtèïe à in anniéowe de ch' licol et terminéïe d'l'aute par in néeuwe après qu'in l'a passéïe à in blot, qu'ch'est in gros cube ed' bos dur perchéïe d'in tréeuwe rond pour que ch' gwa i peuche avincher et arculer libremint in laichant du mou à ­chelle lonche. Et à terre, ch'étot chimintéïe, aveuc in.ne rigole par derrière chés bidets pour arcueillir chelle piche qui coulot de ch'fien (ln avot étraméïe in.ne bon. ne couche ed'pale bien sèque comme litière).

          Au matin.ye , ech'carton, ch'est à dire ch'l'ouvrier qui étot responsabe ed'dèwe voère tros gwas,(Dins chés gran.nes -é- cinses, ch' carton i avot sin lit dins in cuin de ch'l'écurie fait d' tros, quate planques ed'gros bos passéïes à l'chaux pour désinfecter et pas d'zeur, i avot in.ne mécante-é-paillasse ed' grosse-é-toile rimplie ed' court-é-pale et pis dèwe/tros couvertes qui sintètent el' sueur ed'g wa et d' carton pont décrinchéï) ; ech'carton donc, ­devout lu donnoïe à minger in.ne mand'lèïe d'avon.ne, du gron.ye à qui des fous, i avot d'èl' mélasse aveuc.

         Pendant qu'chés b'idets is mingeottent, ech' carton (ou ch' cinsier quand qu'i avot pont d' carton) i devot passer la r'vue si s' étotent-té pont bléchèïes dins l'nuit, les étrier in passant et rapassant étrile et bruche d' chiendent: I fallot adon sortir ech' fien pis l' saquer jusqu'à ch' tréeuwe à fien aveuc in grohet ou l'carquer d'sus in.ne brouette si ch'feumier i étot in tit pèwe plus lon.

         Après cha, i fallot les habituer pour aller au boulot dins chés camps. Les habi.ier, ch'étot lu mette lu co.yi et tout J'harnéqure et adon is étotent-té- atteléïes. 

         Pour mette in.ne harnéqure à in bidet, on queuminche par chelle bride, du qu'i n'y a in mors, chelle gourmette et chés œiltères, et du qui est arloïé ech' cordiau pour guider chelle bête à "hue" et à "dia" et à "arcule" in saquant fort sans arlacher. Après ch' est l' tour d'ech' gros morchéowe : ech'coïer aveuc tout c'qu'i s'insuit : dossière, croupière, et chés traits, articuléïes in déwe morchéowes et fort lourds comme si is étotent-é-plombéïes. Si ch'gva i devot jusse saquer, i n'n'avot assez aveuc cha comme harnéqure et i n'avot pus qu' arloïer ch' crochet tout à l'arrière ed' ches traits à chelle chin.ne d'chaque côtéïe de ch' traxier pour saquer in trainoir, in-s 'moir, in.ne carrue, in brabant, in estirpateur, in diale, in.ne herche, in roloir ou in binot. Si i fallot saquer tout in portant et in pouvant arculer, in d'vot core mette ed'z'autes pièches d'harnéqure : in basset (ch'est in.ne tite-é-selle poséïe su l'dos d'ech'gwa, aveuc in tréeuwe in travers pour faire passer chelle dossière, in.ne dossière et in.ne sous-vintrière rinforchéïes, qu'chés bouts is passotent èd'dins chés brancards. Aveue chés harnéqures-law, in gwa i pouvot ête att'léïe à in béniau, in.ne carrette d'aow, in.ne voèture èd''marché (Dins ch' cas-law, on mettot quand-min.me des harnéqures pus légères vu qu'ch'étot graméint pont si lourd à saquer et à porter). In-d-'sous l'queue, i avot in.ne grosse-é.changue in cuir qui s'appélot in arcul'mint.

         Pour accater ou raccomoder chés harnéqures, on allot à mon d'èch'bourri.ier qui rataconut au possipe tout ché qui cassot. Malgré qu'in gwa ch' étot fort résistant et qu'cha n'étot pont souvint malate, i fallout faire attintion à chés coups d'sang et l' pus terribe, à chés coliques qui vènotent-é- de ch'qu'in li avot donnéïe à minger in min.me temps du vert et du gron.ye . Ch' état law in mélange qui valot miux n'pont faire.

         Adon, ches cinsiers is faijotent-té-pont vénir ech' vétérinaire pour des cacoules qui pouvotent­-é-sogner eusses-min. mes. Is avotent-té-toute in.ne pharmacie dins lu écurie et i avot des guérit-tout pour chés coliques rouches. On l' déringeot jusse pétète quand que l'poulinière aIle arrivot pont à pouliner!

          In été, ches bidets, quand qu'i avot des nnomints créeuwes, is étètent à pâture et is-pouvètent-é gambader tout lu souwe min.me qu'is s'rond'lottent dins ch'1'herbe les quate fers in l'air. Alors, on dijot : « ch'bidet, i bouè s'n'avon:ne !"

         Quand qu'is étètent-é-imbétéïes par chés mouques, is s'méttètent-é tête à cul et cul à tête pour les incacher aveuc lus quèwes : ch'est qui proufe qu'is avotent l'esprit d'solidaritéïe !

         In hiver, is restotent-é-à l'écurie, mais fallot les sortir quand-min. me pour les décrampir pasqu'ou bién, is vinrètent fourbus.Quand qui faijot fort froué et qu'i fallot les prom'ner quand-minme pour pont qu'is euch'tent-é-in coup d'sang, on lu mettot des c1éeuwes à glache d'sus lus fers, des mouchettes pour pont glicher. Ches fers, is étotent-é- numérotéïes comme pour chés géints.

        Après in.ne vie d' traval, (ch' bidet i avot souvint intre vingt et vingt-chinque ans) i fallot pinséïe à rimplacher nou brave viux gwa uséïe et cha n'étot pont drôle de l'méner à l'abattoère. Souvint, is partotent el' lundi matin.ye, à pied quand qu'ch'étot pont trop long, ou in camion d' ech 'boucher quand qu'i avot du quémin.

         On a vu des cinsiers braire plus d'in.ne foués quand qu'is voïotent-é-partir lu camarate èd-traval !(et aussi, lu complice ! I n'a plus d'in qui a raménéïe à mason ch'maîte qui avot prind in.ne bon.ne cuite et qui étot pus capabe de s' diriger !) 

        Ch' marchand d' bidets, i n'armettot in à l'essai pendant quiques temps. Souvint-cha s'passot bièn, mais à des foués, on pouvot tomber sus in.ne bête fort fougueuse et plin.ne ed' rubriques, si bién qu'i avot pont moïen d'el faire aller !

        Cha arrife core qu'on rinconte in bidet d'cinse, mais-ch'est in.ne espèce in voué d' disparition et ch'est fort malhéreuwe pasque ch'étot silencieux et pont polluant et pis cha faijot du bon crottin pour mette sus sin gardin. Du fien d' gwa, ch' est bon pour chés gardins ! Surtout dins chés couches (châssis) pasqu'i s'écauffe gramint et qu'cha fait pousser tout chés pitites-é­-plantes qu'on vo arpiquer pus tard. On n' peut pont faire sans parler d'éch' crottin d'bidet :  cho ch'étouait sacréïe ! i n'peuillouait pont n'in quère in d'vant l'mason sus chelle route qu'aussitôt on allouait aveuc in.ne pelle et in ramon pour el ramasser et l'mette dins ch' courtiiache ou bién dins ch 'parterre.

        A c't'-heure, os pouvez toudis essayer d'arroser vous légueumes aveuc d'el l'huile ed'vidange, os m'in direz des nouvelles !

        ln gwa, ch'étot tellemint sacreïe, que quand qui étot mis au piquet dins chés camps, ed'peur qu'on li euche print pendant l' nuit, et bin, ech'cinsier i couchouait aveuc dins in .ne cabon.ne esprès et tous chés cinsiers is'faijouatent-é parèle.

      Adon, tous chés gwas is faijotent-é-travailler gramint d'gins: maricha, cartons, bourriers, alors qu'àc't'heure aveuc chés tracteurs, i n'y a pus qu'chés mécaniciéns qui z'ont  d'l'ouvrache. (Et core, chés jon.nes-é-cinsiers, is débroul'tent-é-tout seuwes quand qui sont in raque ed' lu mécanique !)

       Dins ches camps, i a pus d' bidets ! In a pus qu'des tracteurs ! On dit pus in carton, mais in chauffeur .

I y a pus d'écurie aveuc ech' coffe à avon.ne et in lit dins ch cuin dù qu'ch'est qu'èch' goujart (carton) i dormot. I a pus d' tréeuwe dù qu' ch'est qu'in saquot ch' fien.

       Par conte, i a des biéauwes batimints aveuc tout ch' matériel in-d'sous!

       Dins chés camps, in rién d' temps toute i est fini ! Et dire qu'avant, pendant in.ne journéïe intière, on intindot in carton'qui labourot à côtéïe ed' nou mason : "yhue, yhue, Jacqueline ! Tu, tu Bellote ! allez, yhue !"

        Cha, ch'est des souv'nirs ! Mais v'la, i a rién qui dure ! 


DICTONS ET EXPRESSIONS SUS CHES G'VAUX

A g 'vau donnèïe, in n' ravise pont ses dints!
(A cheval donné, on ne regarde pas ses dents !)

Aveuc  in borrique, in n' fait pont in g'vau d' course.
(Avec un baudet, on ne fait pas un cheval de course).
Ch'est in borrique qui est d'vénu g'vau.
(C'est un baudet qui est devenu cheval).
A g'vau donnèïe, on n' ravise pont s'il
est borne !
(A cheval donné, on ne regarde pas s'il est borgne).
 
Ch'est canger in g'vau borne pour in avule.
(C'est changer un cheval borgne pour un aveugle).

In.ne fan. me, alle tire pus vite s' quemiche qu'in g'vau sin collier.

(Une femme enlève plus vite sa chemise qu'un cheval son collier).
I o des gambes comme si qu'i aouait apprind à monter à g'vau d'bos sus in.ne cheron. ne.
(Il a des jambes comme s'il avait appris à monter à cheval de bois sur une baratte).
Ech' g'vau, i séint s'n'écurie.
(Le cheval sent son écurie).

I y a plusse ed' tchiéns à pied qu'éd lèwes à g'vau.

(Il y a plus de chiens à pied que de loups à cheval).
Té dirouais cha à in g'vau d'bos qu' t'érouais core in coup d'pied.
(Tu dirais ça à un cheval de bois que tu aurais encore un coup de pied).
Ch'est ch' carreton qui fait ches bons g'vaux.

(C'est l'ouvrier qui fait les bons chevaux).
I fait ches capelles comme in g'vau d'brassèwe.

(Il fait les cabarets comme un cheval de brasseur).
Tin g'vau i a dormi dins ch'pouiller, i o
in étron d'sus sin dos.
(Ton cheval a dormi dans le poulailler, il a un étron sur son dos).
Quand qu'èch' ratelier i est vide, ches g'-vaux is rutent.
(Quand le ratelier est vide, les chevaux ruent).

buque du pied comme in viux g'vau.  
(Il frappe du pied comme un vieux cheval). 

T'arés core dins les coules d'ech'g'vau d'bos !
(Tu es encore dans les testicules du cheval  de bois !)
I
n'intind ni à hue ni à dia.
(Il n'entend ni à droite ni à gauche).
Aouar in.ne fièfe èd'g'vau.
(Avoir une fièvre de cheval). 

A c't'heure, t'es ch'g'vau d'affilèïe.
(Maintenant, tu es le cheval de file).
­Pont pour in viux g'vau.

(Pas pour un vieux cheval).
Ej'sus comme ches viux g'vaux, ej' périrai par mes pieds.
(Je suis comme les vieux chevaux, je périrai par mes pieds).
Ete à g'valée(à g'wavalée).

(Etre à califourchon).
On n' douait jamais wuidier un g'vau au quinze août.
(On ne doit pas vider un cheval au quinze août).
Alle o in cul, on dirouait in.ne juméint d' brassèwe !
(Elle a un derrière, on dirait une jument de brasseur !)
Queumint qu' cha vo ?
Sus deux pattes comme el' mitan d'in g'vau !
(Comment ça va ? Sur deux pattes comme la moitié d'un cheval !)
I pète comme in g'vau d'brassèwe !
(Il pète comme un cheval de brasseur !)
monte sus ses grands g'vaux !
(Il monte sur ces grands chevaux !)


Partager cet article

Repost 0
Published by Harchelles - dans Travail d'équipe
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Harchelles
  • : Blog consacré au patois (picard) de la région Nord Pas de Calais, et à l'association Les Harchelles
  • Contact

Recherche

Liens