Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2009 2 10 /03 /mars /2009 13:46


CH'L' APPATNAL,  par Francis HANOTEL

Ch'étot in appatnal, dins l' mitan d'in gardin,

Un bon viu appatnal pour faire peur à ches gins.
On l'avot attifaie comme un mons' ed' ducasse
Malgré cha dins ses nippes i avot l'air cocasse.

Ches moniots is vénotent es' poser ed'sus s' tiète,
A sin pied, ches lapins y mingeottent èl' clavette.
I y avot pont eune personne qui étot effrayaie

Min.me ches jon.nes, in passant, Ii féjotent un pied d' nez.

I
s'ennuyot tout seu. Ché qu'I érot voulu

Ch'est d' pouvoère s'in aller, d' varouler dins ches rues,
Seul'mint i étot si bié infiquaie dins ch' terrain,

Qu' pour l' dérachinaie, ch' étot pont du gratin.

Mais v'la ti pont qu'in jour, in oujot effrontaie,

Vient s'poser su s'n'épaule, à deux pouches ed' sin nez, 
I keuminche par lâcher un étron d'sus ch' pal'tot,

Ii fait quèques roulades et i Ii dit ches mots :

"Ej' su ech' bon génie d'ches camps et d'ches foraies
Té peux souhaiter quécose, té séras exauçaie. "

Ch't' appatnal n'èl' crot quà mitant, mais enfin,

I Ii dit: "Ch'é qu'èj' voudros, ché d'ête comme tous ches gins!"

Aussitôt, v'là dins es' ciel un éclair avuglant
Ch't' appatnal s'écroule, estourbi à mitan

Quand enfin, ché d' nouviau èl' calme dins z'alentours
I s' dérinvelle à terre aveuc pus rin autour.


I s' déminde ché qu'i fait dins un indrot pareil

Et pis tout d'in un coup, tout duch' mint i s'rappelle

I y a e eune grande leumière aveuc gramin d' boucan
Et i s'artreuve à terre, ramonch'laie dins sin camp.

I voudrot s'arlièver, i a du mau à ses pieds
A ses pieds ? I s'abache, i ravise, étonnaie,

Mon Diu ! Mais ché bié vrai ! Ch' moniot i a pont minti
I va pouvoère aller, comme i l'a invie.

I l'essaie d' faire quèques pas. Y a du mau à arquer
I s'accroche in momint, i voé tout baloncher

Pis, petit à petit, i met un pied d'vant l'aute

I' arkeuminche eune fos, eune deuxième, pis eune aute.

El' v'là parti enfin tant bié qu'mau, in ballant

I ravise tout partout, i n'n'a jamais vu autant.
In pas après in aute, l' v'là rindu dins ch' coron

I y a personne dins ches rues, sont tous à lus masons.

I l'euve des yux énormes comme des reules èd' vélo

I s'approche èd ches portes, i beye par ches carreaux
Et pis tou d'in un coup, au détour d'in kémin

V'là qu'i quait nez à nez d'sus eune coupe èd' viux gins.

I y a in grand momint èd' silence étonnaie

Et pis, èl' v'là grand-mère qu'alle keuminche à beuler,
Es' n' homme, i lève es' canne, tout près à chambuquer
M'n' appatnal comprind pont, i voudrot s'espliquer.

Mais quand i l'euve ès' bouque, Mon Diu, ch'est core bié pire,
V'là grand-père qui l'arlouque, i a pu qu'à déguerpir,
Comme i a jamais couru, i s' sauve tout comme i peut
Dins sin dos, i y a ches viux qui lanc'tent des cailleux.

I n'n'archoé eun d'sus s' tiête, i quait tout assomaie
On intind du potin, cha vient d' tous les côtaies

I y a des gins qui s' ramin'tent ameutais par ch' raffut
I s'appoé d' sus in keude, i n'in crot pont ses yux.

Is ont tous des bâtons, des triques et des fusils

I les voé qui s'apprOch'tent, l'air mécant, tout près d'Ii,
i les connot pourtant : ch'est les min.mes qui s' moquottent
Quand i étot plantaie dins l'mitant d' ches carottes.

I sint que s' dernière heure est bétôt arrivaie
I freume ses yux d' carbon;
'attind résignaie
Et pis tout d'in un coup, ch'est l' silence, i y a pu rin

Dins ch' chervelle d'appatnal, i s' dit que ch'est la fin.

Dùch'mint i euve in eul : l'arv'la dins sin gardin !
Bié infonçaie dins ch' clite, à deux pas de ch' quémin
In oujot est jouquaie tout près de s'n'orelle gauche
In aute a fait sin nid dins un rinfond d'eune poche.

Les pitits affamaies euv'tent lus becs in plein

Tandis qu' chelle femelle insaque des viers ed' dins
Et tertous in min. me temps font un boucan du diape,
Sous les yux attindris d' nous pauve appatnal.

I comprind qu' sin bonheur ch'est ichi dins ch' gardin
A acouter ches bêtes,
à raviser ches gins.

Si des jon.nes effrontaies, in passant font la nique

Cha fait quand min.me moins d'mau qu'd'archuvoère in coup d'trique.

Ch' génie l'a e raison, d' l'arpousser dins sin cuin
Mais pétête que ch'étot in rèfe, tout simplemint
Alors,
i sécoue s' palle, i s' fabrique in air douche,

Pour pont qu' ches bêtes euchent peur malgré sin nez tout rouche.

Et enfin, i bouche pus, raide pour l'éternitaie

I a un air bonasse dins ses habits treuais
As't'heure ch't' un appatnal au mitan d'in gardin,
In brave viu appatnal, pour rassurer ches gins.

(septembre 1991)


---------
Vocabulaire :
- appatnal : épouvantail.
- mitan : moitié.
- gardin : jardin.
- attifaie : habillé.
- mons' : monstre.
- ducasse : fête locale du village.
- nippes : vieux habits.
- moniots : moineaux.
- clavette : petite luzerne.
- jon.nes : jeunes.
- féjotent : faisaient.
- varouler : voyager.
- oujot : oiseau.
- quécosse : quelque chose.
- dérinvelle : réveille.
- e : eu.
- ramonch'laie : rallongé par terre.
- s'arlièver : se relever.
- s'abache : se baisse.
- baloncher : balancer.
- ballant : versant.
- beye : regarde.
- arlouque : reluque.
- keude : coude.
- clite : terre argileuse.
- insaque : met.
- tertous : tous.

numérisation0008

                                                                                                  (Francis HANOTEL)

 

 

 

 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Harchelles - dans Textes Francis Hanotel
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Harchelles
  • : Blog consacré au patois (picard) de la région Nord Pas de Calais, et à l'association Les Harchelles
  • Contact

Recherche

Liens