Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mars 2009 1 09 /03 /mars /2009 14:06

I aouait gélèïe sus l' matin-ye, pont des masses mais i'aouait quand min-me des glaches sus ches flaques d'ièowe dins l'cour. Pour Elise et pis Gustafe, ch'étouait toudis l'min-me traval au matin-ye in lus élevant : s'occuper d' ches bêtes.

L'messe ch'étouait à onze heures. Gustafe pis Elise is n' étouatent pont dévots-dévots mais is allouatent à l' messe tous les diminches, sauf in plein moué d'èowe ou bién au momon-ye d'ches fon-yes, quand qu'cha pressouait dins ches camps.

A onze heures moins quart, tout l' monde i'étouait prêt. Et sus la route, ch'étouait les dernières recomman­datièonwes :

"T'oublierèowes pont d'alléïe à l'offrande aujourd'hui", qu'alle dit Elise à François, "ch'est l' Saint Nicolas! T'os comprin-ye ?"

         "Ouais ! Mais, raviséïe ch' tién là-bos ! Ses pattes èd'derrière ! Ch'est drôle ... Pourquoué qu'i fait chèowe, pa ?"

- "Bin, s'sais pont ! Mais presque tous ches tiéns is queurtent é-comme chèowe ! On dit qu'on dirouait in tién qui arviént des vêpes !"

Gustafe, s'fan-me et ses éfants i' étouatent arrivèïes à l'messe. Elise, alle déchéind s'mette  à  s'plache èd' d'habitude, tout préïe d'èl' caïelle préchoire, aveuc ès' file. François, i s'in vo artrouvoïe ses camarades, tout in avant, sus ches bancs. Gustafe i' étouait restèïe dins ch'portau, dù qu'i aouait déjèowe des hon-mes d'arrivèïe, et on discutouait du temps, d'ches bêtes, ...

- "V'lo ch'curèïe qui arrife, on vo pétête rintréïe  dins ch' l'église ?

- "Ouais, surtout qu'i n'fait pont ichi fort cowe ! Ch'curèïe i rinte dins ch' portau.

- "Bonjour tout le monde !

- "Bonjour, M'sieur l'Curé!

- "Il ne fait pas très chaud ce matin ; il a bien  gelé, je crois !

- "Bin, pont des masses, mais i'o bién gélèïe quand min-me! Et chà dépéind d'z'indrouèïes !

"Bin si si, i' aouait des glaches in pèwe tout

partout ch'matin-ye !

- "Heureusement, il y a un bon feu dans l'église !"

- "Ouais, bin, allez-y, on vous suit !"

Dins ch' l'église, i' o  deux fux. Ch' est ni pus ni moin-ye qu'deux tuyèowes d'deux mètes d'hôwe sus quatre vingt-dix centimètes èd' largue ; au-d'sus, ch'est in.ne grande buiche qui monte dins ch' touèïe. Is marchent au mazout et is font eun d' ches bruits quand on les allume, et min-me des fouèîes in plein mitan d'èl' messe.

A l'messe, i y aouait chinque sortes èd'géins : ches vrais dévots qui croitent vraiméint in Diu et qui vont à l'messe tous les diminches, ches faux dévots qui vont à l'messe tous les diminches itouwe, qui sont toudis derrière l'cul d'èch' curèïe, qui s'artourn'tent sans arrêt pindant l'messe et qui n' faitent èqu' dire du mo d'lus voésin-yes, chés-lèowes qui vont â l'messe tous les diminches et qui n'manqu'rouatent pont d'y aller, et ches hon-mes pour faire in. ne partie d' cartes  à ch' cabaret, chés jon.nes géins qui ditent pindant tout l'cérémonie et qui z'y vont in pèwe par obligatièonwe, et ches gosses sus ches bancs, tout in avant d'èch'l'église, gardèïes par ches deux maresses.

Arrivèïe â l'offrande, ch'est ch'garchèonwe qui étouait "st-Nicolas" l'annèïe d'èd'vant qui o  parti ch' premier, suivi par tous ches hon-mes qui n' sont pont marièïe et d'ches jon-nes garchèonwes comme François.

A l'sortie d'èl'messe, cha n'est qu'des digeages èd'tous les côtèïes ches fan-mes, ches hon-mes, ches jon-nes géins et ches gosses. Chaqueun o s'n'histoire à racontoïe sus s' famile, ses bêtes, et sus les autes. Ch'est à ch' moméint-lèowe qu'on apprind pont mal èd' nouvelles in pèwe sus toute.

Ches fan-mes is sont vite arparties à lu mason pour faire lui dinéïe ; ches jon-nes files is s'espliqu'tent in pèwe pus longtemps ; ches hon-mes et ches jon-nes hon­mes, èwes, is jutent â cartes à ch' bistrot in face d'èch' l'église ; ches éfants is font mo sus chel' plache ou bién is s'rin vont à lu mason aveuc lu mère.

Ches parties d'cartes is dur'tent in.ne heure, in.ne heure èd'mi, tout dépéind ... On bouéïe des bistoules, des foèïes du vin blanc ou du vin rouche, in verre èd' bière et pis on s'rin vo dinéïe.

Aujourd'hui ch' est pont parèle èqu' d'habitude pour ches jon-nes hon-mes, pache que ch' est l'diminche èd' st ­Nicolas, et ch'nouvièowe st-Nicolas, ch'ti qui vo portoïe l'candelle tout l'annèïe, i arrose chèowe ... M'met-à-vir qu'is n'sont pont partis pour diner timpe ! 

      Notes :
      - Comme on le sait, Saint-Nicolas c'est le 6 décembre et c'est la fête des garçons ; étaient considérés comme "Saint-Nicolas" tous les hommes célibataires. La prise de fonction du "st-Nicolas" de l'année se faisait le dimanche le plus près du 6 décembre. Il était surtout chargé de porter "èl' candelle èd' st-Nicolas" lors de certaines fêtes religieuses et lors de l'enterrement d'un garçon célibataire. Le dernier
st-Nicolas de Laires a cessé ses fonctions en 1974.

- "L'candelle" (chandelle), était un gros cierge en bois de forme plus ou moins carrée, orné de rubans mul­ticolores et surmonté d'un flambeau de cire qu'entourait à la base une couronne de fleurs artificielles. Les rubans sont blancs et rouges pour st Nicolas et ste Anne, et blancs et bleus pour ste Catherine. Seule celle de Ste Anne est blanche et noire lors d'un enterrement.

      - "in tién qui arviéint des vêpes" : se dit d'un chien qui court, les pattes de derrière décalées par rapport à l'axe de son corps ; en fait, la plupart des chiens courent de cette manière.

      - "maresses"    reines ; filles (deux en général)qui quêtent pendant l'office religieux, nettoient l'église, surveillent les gosses sur les bancs à l'avant de l'église et portent "les candelles" de ste Catherine. A Bomy, on les appelait des "guénesses" ; les dernières maresses de Laires ont disparu en 1973. Elles étaient nommées le dimanche le plus près du 25 novembre, jour de la Ste-Catherine. On les appelaient "reines", "maresses" ou "ste-Catherine".

------
Vocabulaire :
- moué d'èowe : moisson.
- fon-ye : foin.
- portau : portail.
- buiche : buise ; traduit également "buis".
- d'hôwe : de haut.
- itouwe : aussi.
- jon-nes hon-mes : jeunes hommes (à remarquer qu'on ne fait pas la liaison entre "jon.nes" et "hon.mes".
- bistoule : café arrosé d'alcool.
- m'met à vir : je parierais, il me semble.
- timpe : tôt.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Harchelles
  • : Blog consacré au patois (picard) de la région Nord Pas de Calais, et à l'association Les Harchelles
  • Contact

Recherche

Liens